Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 29/07/2014

"Gringos"

© France 24

Presse internationale, Mardi 29 juillet 2014. Au menu de cette revue de presse, la poursuite de l’opération israélienne à Gaza, où la violence ne faiblit pas, l’exaspération des Occidentaux face à Poutine, et le risque de faillite argentin.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook.
 
On commence cette revue de presse internationale en Israël, où Benyamin Netanyahou a déclaré que le pays doit «être prêt à une longue campagne» à Gaza.
 
The New York Times rapporte que le Premier ministre israélien a réitéré sa promesse de ne pas mettre un terme à l’opération «Bordure de protection», tant que tous les tunnels de Gaza ne seraient pas neutralisés.
 
L’Etat hébreu poursuit son offensive avec une violence qui ne faiblit pas. Dans une tribune publiée par The Guardian, Yuli Novak, ancien officier et actuelle directrice de l’ONG Breaking the silence, qui regroupe des soldats et des vétérans des forces de défense israéliennes, dénonce la façon dont ses compatriotes semblent s’être accoutumés à cette violence: «Il fut un temps où les dommages civils provoqués par les bombardements sur Gaza suscitaient l’indignation des Israéliens. Maintenant, il n’y a plus que de l’indifférence». «Des familles entières sont décimées en une seconde, et les Israéliens restent silencieux. Achaque nouvelle opération sur Gaza, nous repoussons les limites. Où seront-elles lors de la prochaine offensive? Où seront-elles dans 10 ans?».
 
Indifférence pour les victimes palestiniennes, et colère contre le secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui essuie depuis plusieurs jours les critiques extrêmement virulentes d’une partie de la presse israélienne, certains allant jusqu’à parler de «trahison» de sa part - au point que la Maison Blanche a dû se porter à son secours, et déclarer qu’Israël n’a pas «meilleur ami, ni meilleur défenseur» que le secrétaire d’Etat américain. A lire dans The Guardian.
 
Les Etats-Unis continuent d’accuser Vladimir Poutine d’être responsable du crash du vol MH17 en Ukraine. C’est dans ce contexte tendu que The New York Times fait état d’une lettre envoyée lundi par Barack Obama au président russe, dans laquelle le président américain a rappelé l’obligation de respecter le traité de 1987 engageant les  Etats-Unis et la Russie à détruire leurs stocks d'équipements destinés à envoyer depuis le sol des missiles conventionnels et nucléaires sur des longues distances. Un traité que les Etats-Unis accusent Moscou d’avoir violé.
 
Plus ou moins voilées, les accusations pleuvent sur Vladimir Poutine. L’Europe semble décidée à accélérer et à élargir ses sanctions. Certains en perdre leur sang froid. D’après The Daily Telegraph, l’ambassadeur britannique aux Etats-Unis Peter Wastmacott aurait carrément traité le président russe de «voyou» et de «menteur».
 
On termine cette revue de presse en Argentine, qui risque de se retrouver demain en défaut de paiement. La faillite menace, et la faute en reviendrait largement à la Cristina Kirchner, selon The Wall Street Journal, qui l’accuse de détruire l’économie nationale et le bien-être de ses concitoyens. Pour le quotidien, la présidente aurait refusé de négocier avec les débiteurs de l’Argentine, préférant consacrer son énergie à promouvoir une énorme campagne de communication contre la justice américaine, transformée en manifestation du pouvoir des «gringos» du nord.
 
Une critique du côté du journal d’opposition argentin La Nacion, avec une ribune d’Elisa Carrio, ancienne adversaire de Kirchner à la présidentielle: «Cristina Kirchner croit qu’elle est en train de lutter contre l’Empire, mais celui qui paie, c’est le peuple».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.
 

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus