Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Lutte contre Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque Mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "Cercueil volant" et un riche couple sauve des migrants

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le hip-hop fusion à la française

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

La Tunisie se prépare à voter

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

  • Mort du PDG de Total Christophe de Margerie

    En savoir plus

  • Quand les virus mortels fascinent Hollywood

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 au Qatar se jouera en hiver, tranche Blatter

    En savoir plus

  • Yémen : l’irrémédiable ascension des Houthis, nouveaux maîtres de Sanaa

    En savoir plus

  • Oscar de la Renta, le célèbre styliste des Premières dames, est mort

    En savoir plus

  • Ankara va faciliter le passage des peshmerga vers Kobané

    En savoir plus

  • L'armée suédoise traque un introuvable sous-marin russe

    En savoir plus

  • Ebola : le transport aérien, dossier épineux de la gestion de l’épidémie

    En savoir plus

  • Procès des journalistes en Papouasie : "Ils n’ont pas commis de faute très grave"

    En savoir plus

  • Tout ce que vous pensez savoir sur Ebola... et qui est faux !

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • François Hollande inaugure la Fondation Vuitton à Paris

    En savoir plus

  • Paris et Berlin s'entendent pour stimuler l'investissement en Europe

    En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • Kate et William attendent leur deuxième enfant pour avril

    En savoir plus

FRANCE

Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

© Archives | Aqmi a procédé à de nombreux kidnapping ces dernières années

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/07/2014

Dans une enquête, le "New York Times" évalue à 125 millions de dollars les revenus que la nébuleuse Al-Qaïda aurait tiré de rançons depuis 2008, en grande partie payées par la France mais aussi par des voisins européens, notamment au Sahel.

Alors que les gouvernements européens nient verser des rançons pour libérer des ressortissants détenus par Al-Qaïda et ses alliés, le "New York Times" révèle, dans son édition de mardi 29 juillet, que les djihadistes ont récolté au moins 125 millions de dollars américains (93 millions d’euros) grâce aux enlèvements depuis 2008 – dont 66 millions (49 millions d'euros) pour la seule année 2013. Selon les chiffres du département américain du Trésor compilés par le journal, le total serait même de 165 millions de dollars (123 millions d’euros) sur la même période.

Ces sommes proviendraient dans leur grande majorité de pays européens. Certains paiements ont parfois été déguisés en aide au développement, dévoile le "New York Times" dans un article étayé de nombreux témoignages d'anciens otages, négociateurs, de diplomates et de représentants de gouvernement de 10 pays en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient.

Trente millions pour les otages français d’Aqmi en 2013

L'enquête du "New York Times" répertorie plus de 90 millions de dollars (67 millions d’euros) versés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi, en Afrique du Nord) depuis 2008 par la Suisse, l'Espagne, l'Autriche, par le groupe nucléaire français Areva et deux paiements provenant de sources indéterminées. La seule libération de quatre otages français au Sahel, en octobre 2013, se serait faite en échange d’une rançon de 30 millions d’euros, écrit le "New York Times". Les insurgés Shebab, en Somalie, ont reçu 5,1 millions de dollars de l'Espagne, tandis qu’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa, au Yémen) a reçu près de 30 millions de dollars en deux versements, l'un du Qatar et d'Oman, l'autre d'origine indéterminée, écrit le quotidien.

Seule une poignée de pays, États-Unis et Grande-Bretagne en tête, ont refusé de payer pour libérer leurs ressortissants enlevés, affirme le journal, avec pour résultat que seulement quelques-uns ont été sauvés, soit par des interventions militaires, soit en s'échappant. Cependant, les États-Unis ont été disposés à négocier dans certains cas, comme récemment en échangeant cinq prisonniers talibans détenus à Guantanamo contre le soldat américain Bowe Bergdahl, capturé en Afghanistan.

Le kidnapping, une aubaine pour les finances d'Al-Qaïda

Alors que le réseau d'Al-Qaïda a été financé à l'origine principalement par de riches donateurs, les "enlèvements contre rançon sont devenus aujourd'hui la plus importante source de financement du terrorisme", avait averti David S. Cohen, sous-secrétaire au Trésor américain pour le terrorisme et le renseignement financier, dans un discours en 2012. "Chaque transaction encourage une autre transaction."

L'organisation terroriste a ouvertement reconnu cette aubaine, note le journal. "L'enlèvement d'otages est un butin facile", a écrit Nasser al-Wuhayshi, le chef d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique, "que je pourrais décrire comme un commerce rentable et un précieux trésor". Selon Al-Wuhayshi, l'argent de la rançon – soit environ 10 millions de dollars par otage dans des affaires récentes – représente jusqu'à la moitié de son budget de fonctionnement.

En 2013, les dirigeants du G8 se sont engagés à "rejeter sans équivoque le paiement de rançons aux terroristes", mais sans imposer une interdiction formelle. Mais "le fait que l’Europe et ses intermédiaires continuent à payer a mis en place un cercle vicieux", écrit le "New York Times".

Avec AFP

Première publication : 30/07/2014

  • DIPLOMATIE

    Vidéo : "Areva et Vinci ont payé la rançon des otages d'Arlit"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Ex-otages d’Arlit : "Pas d’argent public versé", martèle Fabius

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Ex-otages d'Arlit : Alger et Doha auraient participé aux négociations

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)