Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Biarritz: la pérennité de la Cité de l'Océan pas remise en cause, selon la mairie

AFP

Des personnes visitent, le 06 juillet 2011 le musée de la mer à BiarritzDes personnes visitent, le 06 juillet 2011 le musée de la mer à Biarritz

Des personnes visitent, le 06 juillet 2011 le musée de la mer à BiarritzDes personnes visitent, le 06 juillet 2011 le musée de la mer à Biarritz

L'arrêt du Conseil d'Etat, qui a annulé une délibération de 2008 du conseil municipal de Biarritz autorisant un contrat de partenariat pour la réalisation de la Cité de l'Océan et le réaménagement du Musée de la mer, ne remet pas en cause la pérennité du projet, a indiqué jeudi Michel Veunac, maire (MoDem) de la ville.

Dans un communiqué, Michel Veunac considère que "l'annulation du Conseil d'Etat" de cette délibération, annoncée mercredi, est partielle" et que, en conséquence, l'exécution du contrat de partenariat n'est pas remise en cause". "Il en est de même des actes relatifs au financement du projet, qui sont divisibles du contrat de partenariat".

"La pérennité de la construction et de l'exploitation du Musée de la Mer et de la Cité de l'Océan, ouverts au public depuis le 30 juin 2011, n'est en aucun cas remise en cause", conclut-il, ajoutant que, "sur le fond, la ville étudie avec ses avocats les éventuelles conséquences de l'annulation partielle de cette délibération".

L'opération du partenariat pour la réalisation de la Cité de l'Océan et le réaménagement du Musée de la mer avait été réalisée par l'ancien maire centriste de Biarritz, Didier Borotra.

Cette réalisation n'a toutefois jamais donné les résultats espérés en terme de fréquentation et de recettes pour la ville. L'investissement a été estimé à 41 millions d'euros avec 17 millions de subventions publiques et 24 millions revenant à la charge du groupe Vinci qui a réalisé le projet.

En 2012, la Cour régionale des comptes avait déjà pointé du doigt une perte pour la ville de 468.000 euros mais l'addition risque de grimper, Vinci assurant la maintenance de l'ouvrage pour trente ans, à charge pour la ville de lui régler des loyers de fonctionnement, à hauteur de un peu plus de deux millions par an, soit 61,2 millions d'euros hors taxe sur 30 ans, a indiqué le maire à l'AFP.

"La réalité, c'est un déficit chaque année d'environ 400.000 euros par an pour la ville. Le montant des loyers que la ville paiera à Vinci au terme du contrat de trente ans sera de l'ordre de 73 millions d'euros" (ndlr: TVA comprise), a indiqué, auprès d'une correspondante de l'AFP, l'UMP Max Brisson, ex-adjoint de Didier Borotra, opposé au projet tel qu'il était mené par l'ex-maire. "M. Borotra a commis une faute morale contre la ville", a tempêté le chef de file de l'opposition biarrote, appelant toutefois à une "+union sacrée+ autour de Michel Veunac pour renégocier avec Vinci un contrat moins spoliateur et diversifier les activités de Biarritz Océan pour le rendre attractif".

Première publication : 31/07/2014