Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC: "Nous n'excluons pas des mesures de rétorsion contre l'UE" (Léonard She Okitundu)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation ?

En savoir plus

LE DÉBAT

One Planet Summit : Sans les Etats-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

FOCUS

En Espagne, le Tage est en danger

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La "très grande mélancolie" de Lamia Ziadé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, la Lune, Mars, et au-delà"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La finance verte peut-elle (vraiment) aider la planète ?

En savoir plus

Economie

BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

© Matthieu Alexandre, AFP | Le PDG de la banque BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé, lors de la présentation des résultats trimestriels

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2014

BNP Paribas est passée dans le rouge pour la première fois depuis 2008. La banque accuse une perte de 4,3 milliards d'euros au deuxième trimestre, essentiellement due à l'amende américaine de 6,6 milliards d’euros.

Il fallait s'y attendre : la lourde sanction infligée, le 30 juin, par les États-Unis à BNP Paribas n'a pas fait du bien à ses comptes. La banque française a enregistré une perte nette de 4,3 milliards d'euros au deuxième trimestre, a annoncé Jean-Laurent Bonnafé, PDG du groupe.

Une première depuis le début de la crise financière en 2008. En cause, l'amende de 6,6 milliards d'euros que la BNP Paribas a accepté de payer aux autorités américaines pour éviter un procès. L'établissement a, en effet, inscrit une charge exceptionnelle de 5,7 milliards d'euros dans ses comptes pour faire face à cette sanction. Elle avait déjà  mis 798 millions d'euros de côté, avant même de trouver un accord avec Washington.

Un "bon trimestre" ?

Elle a également dépensé 200 millions d'euros au titre d'un "plan de remédiation". Il s'agit de fonds destinés à renforcer les mesures de contrôle pour éviter que les pratiques commerciales dénoncées par les États-Unis ne se reproduisent.

L'amende américaine sanctionne les affaires de la banque française, entre 2002 et 2009, avec l'Iran, le Soudan et Cuba, trois États sous embargo américain. Comme une partie des transactions étaient effectuées en dollars, Washington a estimé que les règles américaines s'appliquaient.

Reste que BNP Paribas a tenu à souligner, dans son communiqué de presse, qu'hors "éléments exceptionnels [c'est-à-dire l'amende et le plan de remédiation, ndlr], le groupe réalise une très bonne performance avec un résultat net de 1,9 milliard d'euros".  Ces revenus, tirés vers le haut essentiellement par la branche d'investissement, sont en hausse de 23,2 % sur un an.

Avec Reuters

Première publication : 31/07/2014

  • FINANCE

    BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    BNP Paribas devra régler 6,45 milliards d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    BNP Paribas admet des "erreurs" dans un courrier aux salariés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)