Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

Economie

BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

© Matthieu Alexandre, AFP | Le PDG de la banque BNP Paribas, Jean-Laurent Bonnafé, lors de la présentation des résultats trimestriels

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2014

BNP Paribas est passée dans le rouge pour la première fois depuis 2008. La banque accuse une perte de 4,3 milliards d'euros au deuxième trimestre, essentiellement due à l'amende américaine de 6,6 milliards d’euros.

Il fallait s'y attendre : la lourde sanction infligée, le 30 juin, par les États-Unis à BNP Paribas n'a pas fait du bien à ses comptes. La banque française a enregistré une perte nette de 4,3 milliards d'euros au deuxième trimestre, a annoncé Jean-Laurent Bonnafé, PDG du groupe.

Une première depuis le début de la crise financière en 2008. En cause, l'amende de 6,6 milliards d'euros que la BNP Paribas a accepté de payer aux autorités américaines pour éviter un procès. L'établissement a, en effet, inscrit une charge exceptionnelle de 5,7 milliards d'euros dans ses comptes pour faire face à cette sanction. Elle avait déjà  mis 798 millions d'euros de côté, avant même de trouver un accord avec Washington.

Un "bon trimestre" ?

Elle a également dépensé 200 millions d'euros au titre d'un "plan de remédiation". Il s'agit de fonds destinés à renforcer les mesures de contrôle pour éviter que les pratiques commerciales dénoncées par les États-Unis ne se reproduisent.

L'amende américaine sanctionne les affaires de la banque française, entre 2002 et 2009, avec l'Iran, le Soudan et Cuba, trois États sous embargo américain. Comme une partie des transactions étaient effectuées en dollars, Washington a estimé que les règles américaines s'appliquaient.

Reste que BNP Paribas a tenu à souligner, dans son communiqué de presse, qu'hors "éléments exceptionnels [c'est-à-dire l'amende et le plan de remédiation, ndlr], le groupe réalise une très bonne performance avec un résultat net de 1,9 milliard d'euros".  Ces revenus, tirés vers le haut essentiellement par la branche d'investissement, sont en hausse de 23,2 % sur un an.

Avec Reuters

Première publication : 31/07/2014

  • FINANCE

    BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    BNP Paribas devra régler 6,45 milliards d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉCONOMIE

    BNP Paribas admet des "erreurs" dans un courrier aux salariés

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)