Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

Au château de Clermont, les inconditionnels fêtent les 100 ans de Louis De Funès

AFP

AFP Photo

De toute la France, de Belgique et même de Slovaquie: plusieurs centaines d'inconditionnels se pressaient au château de Clermont, l'ancienne demeure de Louis de Funès près de Nantes, pour rendre hommage au légendaire acteur comique qui aurait eu 100 ans ce jeudi.

Plus de trente ans après sa mort, le 27 janvier 1983, il reste l'un des acteurs chers au coeur des Français, et un des champions du box-office, avec au total quelque 120 millions d'entrées, entre "La Grande Vadrouille" (1966), "Le Corniaud" (1965) ou encore "Les aventures de Rabbi Jacob" (1973).

Depuis trois mois, le château de Clermont, situé sur les bords de Loire et dont il avait fait l'acquisition en 1967, accueille dans son orangerie le "musée de Louis", dédié à l'acteur.

En ce jour symbolique, ils étaient environ 400 sur la liste des invités conviés à découvrir les lieux, des inconditionnels pour la plupart, comme Alexandre, venu spécialement de Bourgogne avec sa femme et ses deux filles.

Les films avec de Funès, "ça a bercé toute ma jeunesse", se souvient-il, avouant son penchant pour la série des "Gendarmes", au point d'avoir acheté puis restauré une Citroën Méhari, à l'instar de celle apparaissant dans le film, et de s'être procuré un costume de gendarme identique.

Aujourd'hui encore, il continue de regarder les films avec ses filles. C'est "La soupe aux choux" et "Le gendarme à Saint-Tropez" que Maéva, 12 ans à peine, préfère.

"C'est une fête intime pour faire plaisir à tous ceux qui ont contribué, qui ont aidé à l'ouverture du musée. On a voulu se retrouver aujourd'hui, à un moment symbolique, le centenaire de la naissance" de Louis de Funès, né le 31 juillet 1914 à Courbevoie, près de Paris, explique Charles Duringer, à l'origine du musée.

- 'Mon père revit ici' -

Car poussée par le succès d'un premier musée consacré à Louis de Funès, trop à l'étroit dans un deux-pièces du village d'à peine 4.000 habitants, une souscription publique a été lancée fin 2013, associée à un emprunt et à du mécénat d'entreprise, pour réunir les fonds nécessaires afin d'installer le musée au château de Clermont.

Au total, plus de 11.000 euros ont été récoltés grâce à quelques 200 donateurs, disséminés dans toute la France, mais également en Belgique, en Allemagne, et même en Slovaquie, à 30 heures de voyage du village de Loire-Atlantique.

Aujourd'hui contributeur, Richard Degueville, âgé de 72 ans et habitant au Cellier depuis 1974, a connu Louis de Funès en 1981. L'acteur avait alors fait un chèque de 1.000 francs pour le comité des fêtes de la commune, que M. Degueville présidait. "Il venait à tous les spectacles, il était généreux avec ceux qui ne demandaient rien", se rappelle-t-il.

Egalement présent, un des fils de Louis de Funès, Olivier, qui a joué et chanté aux côtés de son père, notamment dans "Les grandes vacances".

"C'est énormément de bons souvenirs. C'est l'occasion de retrouver le bâtiment, mais aussi les bonnes personnes vivant ici, a-t-il confié à l'AFP juste avant de visiter le musée. Ils ne l'ont pas oublié, ils auraient pu, c'est touchant".

A la sortie de l'exposition, il n'a pu cacher son émotion, au moment de dire quelques mots pour l'inauguration officielle: "J'ai vécu un moment exceptionnel. Mon père revit ici, son esprit est là dans ce musée, c'est extraordinaire."

Première publication : 31/07/2014