Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

Ebola: l'inspection des passagers aériens pourrait être revue

© AFP/Archives | Des personnes dans un aéroportDes personnes dans un aéroport

L'aggravation de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest pourrait amener les transporteurs aériens à revoir leurs mesures d'inspection des passagers, a indiqué jeudi l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

L'OACI et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont tenu une téléconférence d'urgence mardi après la décision de la compagnie aérienne panafricaine ASKY d'interrompre ses liaisons avec les capitales du Liberia et de la Sierra Leone, deux des pays touchés par l'épidémie, car l'un de ses passagers venait de succomber au virus au Nigeria.

"À la lumière des événements récents, l?OMS, l?OACI et l'Association du transport aérien international (IATA) ont envisagé de réviser les dispositions relatives à l'inspection/filtrage des passagers", a indiqué l'OACI dans un communiqué.

"L?OMS examine encore ces mesures et compte également solliciter les contributions de l?Organisation mondiale du tourisme et du Conseil international des aéroports (ACI)", a poursuivi l'organisation des Nations unies basée à Montréal.

Malgré l'aggravation de l'épidémie, qui a touché plus de 1.300 personnes et fait 729 morts au 27 juillet, "aucune restriction au transport ou au commerce en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone" n'a encore été décidée, a souligné l'OACI.