Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Ebola: plan de lutte de 100 millions de dollars

AFP

La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan lors d'un meeting le 23 mai 2013 à GenèveLa directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan lors d'un meeting le 23 mai 2013 à Genève

La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan lors d'un meeting le 23 mai 2013 à GenèveLa directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan lors d'un meeting le 23 mai 2013 à Genève

La directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan, et les présidents des pays d'Afrique de l'Ouest affectés par l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola vont lancer vendredi en Guinée un plan de lutte de 100 millions de dollars (75 millions d'euros).

"L'ampleur de l'épidémie d'Ebola, et la menace persistante qu'elle pose, exigent de l'OMS et de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone une réponse à un nouveau stade, ce qui nécessitera une augmentation des ressources", a déclaré le Dr Chan, dans un communiqué publié par l'OMS à Genève.

"la directrice générale de l'OMS et les présidents des pays d'Afrique de l'ouest touchés par l'épidémie du virus Ebola se retrouveront vendredi en Guinée pour lancer un nouveau plan de lutte de 100 millions de dollars dans le cadre d'une campagne nationale, régionale et internationale renforcée visant à contrôler l'épidémie", a indiqué l'OMS dans le communiqué.

D'après l'OMS, les pays affectés ont besoin que soient déployés davantage de travailleurs humanitaires -- "plusieurs centaines", alors que des centaines sont déjà sur le terrain, dont 120 employés de l'OMS.

"Mais plus sont requis d'urgence", insiste l'OMS, citant notamment la nécessité pressante d'avoir plus de médecins, d'infirmières, d'épidémiologistes, de logisticiens et de gestionnaires de données.

Le plan de lutte souligne également la nécessité de "renforcer les systèmes de préparation dans les pays voisins et les capacités mondiales".

L'OMS souligne par ailleurs la nécessité d'accroître la prévention, la détection et le signalement des cas suspects, ainsi que de mieux surveiller les risques aux frontières et de mieux protéger les soignants.

Le bilan de l'épidémie de fièvre hémorragique en grande partie due au virus Ebola en Afrique de l'Ouest ne cesse de s'aggraver avec plus de 1.300 cas et 729 morts au 27 juillet, dont 57 en 4 jours, selon le dernier bilan de l'OMS publié jeudi.

L'épidémie s'est déclarée au début de l'année en Guinée avant de gagner le Liberia puis la Sierra Leone.

Au Nigeria, un fonctionnaire libérien, âgé de 40 ans, est mort vendredi dernier à Lagos du virus Ebola, devenant le premier cas répertorié dans ce pays de cette fièvre mortelle. Cet homme a sans doute été contaminé par sa soeur, décédée de l'Ebola récemment, qui était venue au Nigeria pour assister à une conférence régionale.

L'OMS ne recommande toujours pas que des restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux soient imposées à la Guinée, au Libéria, à la Sierra Leone ou au Nigeria sur la base des informations actuellement disponibles concernant cette épidémie qui commence à inquiéter le reste du monde.

Le virus Ebola se manifeste notamment par des hémorragies, des vomissements et des diarrhées. Son taux de mortalité peut aller de 25% à 90% et il n'existe pas de vaccin homologué. Il se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés.

Première publication : 31/07/2014