Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Economie

Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

© Spencer Platt, AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2014

Iliad, le groupe français de l’entrepreneur Xavier Niel, patron de Free, a annoncé, jeudi, une offre surprise pour prendre le contrôle de l’opérateur T-Mobile US.

Quinze milliards de dollars (11,2 milliards d'euros). C’est la coquette somme que le groupe Iliad - la maison mère de Free - a mis sur la table des négociations, jeudi 31 juillet, pour racheter T-Mobile US, filiale américaine de Deutsche Telekom. Une offre très alléchante qui pourrait contrarier les plans de Sprint, qui lorgne également sur l’américain.

En plus des 15 milliards qui représentent 33,0 dollars par action, Iliad propose de reprendre 56,6 % du capital de T-Mobile US. Le groupe évalue le solde de 43,4% du capital de T-Mobile US à 40,5 dollars par action, en estimant à 10 milliards de dollars
les synergies de l'opération qui bénéficieraient aux actionnaires de l'opérateur mobile américain.

Bon accueil des marchés

Au total, Iliad estime que son offre valorise le groupe américain à 36,2 dollars par action, soit une prime de 17% par rapport au cours de clôture de mercredi. À la suite de cette
annonce, le titre T-Mobile progressait de 6,7% à 33,02 dollars à la Bourse de New York vers 18h45 GMT, à rebours de la tendance fortement baissière de Wall Street.

"Le marché mobile américain est à la fois vaste et particulièrement attractif", souligne Iliad dans un communiqué. "T-Mobile US s'est imposé avec succès sur ce marché par son positionnement en rupture qui, à de nombreux égards, est similaire à celui d'Iliad en France", poursuit le groupe français qui, grâce à son opérateur Free, a révolutionné le marché du mobile en France avec ses abonnements à petits prix.

Iliad absent aux États-Unis

Iliad, qui n'est pas aujourd'hui présent sur le marché américain, fait valoir que son offre ne devrait pas présenter de problème de concurrence aux États-Unis. Ce qui ne serait
probablement pas le cas dans le cadre d'un rapprochement entre Sprint et T-Mobile US,  respectivement numéro trois et quatre de la téléphonie mobile dans ce pays. L'offre en numéraire serait financée par une combinaison de dette et de fonds propres, ajoute Iliad, qui dit s'être assuré du soutien de "banques internationales de premier plan pour la dette d'acquisition".

Le financement en fonds propres serait d'environ deux milliards d'euros et Xavier Niel, fondateur d'Iliad, la maison mère de l'opérateur mobile français Free, participerait à l'augmentation de capital. Une telle opération serait néanmoins très conséquente pour Iliad, dont la capitalisation boursière est légèrement supérieure à 16 milliards de dollars (11,9 milliards d'euros) alors que celle de T-Mobile US est de quelque 25 milliards de dollars (18,7 milliards d'euros).

Début juin, une source proche du dossier avait dit à Reuters que Sprint allait proposer de racheter T-Mobile US à un prix de quelque 40 dollars par action, ce qui semblait ouvrir la voie à un rapprochement entre les deux opérateurs.

Volonté d'ouvrir le marché

Il y a deux jours, d'autres sources ont dit que la fusion ne se ferait sans doute pas avant septembre, les deux groupes continuant la consultation des comptes et préparant un dossier détaillé pour les autorités de tutelle américaines.

De son coté Iliad a précisé que son offre indicative était soumise à certaines conditions, notamment à la réalisation d'une évaluation (due diligence) de T-Mobile US. La Commission fédérale de la communication (FCC) et le département de la Justice américain ont déclaré à plusieurs reprises souhaiter ouvrir le marché, actuellement dominé par AT&T et Verizon, à au moins deux nouveaux entrants.

Avec Reuters

Première publication : 31/07/2014

  • IRAK

    Avec FireChat, les Irakiens communiquent même sans Internet

    En savoir plus

  • FRANCE

    Plus de 1 500 emplois vont être supprimés par Bouygues Telecom

    En savoir plus

  • CYBERSÉCURITÉ

    Nouveau vol de données chez Orange : 1,3 million de victimes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)