Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Gaza: l'ONU appelle à un "cessez-le-feu immédiat" et à des "pauses humanitaires"

AFP

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, le 24 juillet 2014 à Najaf, en IrakLe secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, le 24 juillet 2014 à Najaf, en Irak

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, le 24 juillet 2014 à Najaf, en IrakLe secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, le 24 juillet 2014 à Najaf, en Irak

Le Conseil de sécurité de l'ONU a de nouveau appelé jeudi à un "cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions" à Gaza et a préconisé des "pauses humanitaires" pour secourir la population.

Cette brève déclaration du Conseil, faite à l'issue de quatre heures de consultations à huis clos, ne contient aucune référence au bombardement mercredi d'une école de l'ONU à Gaza, où s'étaient réfugiés des civils palestiniens.

Selon des diplomates, les 15 pays n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur la manière d'évoquer ce drame dans leur déclaration. Les Etats-Unis ont insisté pour que le texte mentionne aussi la découverte de roquettes dans deux écoles de l'ONU alors que la Jordanie, seul pays arabe membre du Conseil, a refusé toute référence explicite à ces caches d'armes.

La déclaration unanime du Conseil a été lue par le représentant permanent adjoint du Rwanda Olivier Nduhungirehe. Le Rwanda assurait la présidence du Conseil en juillet.

Les 15 pays membres, a-t-il dit, "appellent à un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions qui puisse mener à un cessez-le-feu durable fondé sur la proposition égyptienne" de médiation.

"En attendant, ils préconisent l'utilisation de pauses humanitaires", ajoute le texte. Les pays membres de l'ONU sont également invités à financer l'appel de fonds lancé par l'UNRWA (Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens).

Le Conseil fait également référence à sa précédente déclaration, datant du 28 juillet et réclamant déjà un cessez-le-feu, pour déplorer qu'elle n'ait pas été suivie d'effet et demander qu'elle soit appliquée.

En prélude à leurs consultations, les 15 pays membres du Conseil avaient entendu un cri d'alarme sur la situation humanitaire à Gaza lancé par deux hauts responsables de l'ONU.

Pour le chef de l'UNRWA, Pierre Krähenbühl, les Palestiniens de la bande de Gaza sont "au bord du gouffre". Les conditions de vie dans les refuges surpeuplés de l'ONU, qui abritent 220.000 personnes, "sont de plus en plus précaires", avec une situation sanitaire déplorable et des risques de maladies, avait-il expliqué aux ambassadeurs des pays membres, par audioconférence depuis Gaza.

La patronne des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos avait réclamé "de nouvelles pauses humanitaires, quotidiennes, prévisibles et assez longues" pour permettre de secourir la population de Gaza en attendant un hypothétique cessez-le-feu.

Elle avait aussi demandé aux donateurs une "augmentation urgente du financement" de l'assistance internationale à Gaza.

Les deux responsables avaient condamné une nouvelle fois l'attaque menée mercredi contre une école de l'ONU, qui a tué 16 palestiniens et dont la responsabilité a été attribuée par l'UNRWA à l'armée israélienne.

Mme Amos avait rappelé "l'obligation absolue" faite aux belligérants de protéger au maximum les civils et les travailleurs humanitaires. "La réalité à Gaza aujourd'hui est qu'aucun endroit n'est sûr", avait-elle déploré, rappelant que 103 installations de l'ONU à Gaza avaient été la cible d'attaques depuis le début du conflit.

Le bombardement mercredi d'une école de l'UNRWA dans le camp de réfugiés de Jabaliya (nord de la bande de Gaza), l'une des 83 écoles des Nations unies utilisées pour accueillir les civils fuyant les combats, a été largement condamné par l'ONU et dans les capitales, y compris par les Etats-Unis.

La Maison Blanche a dit avoir peu de doutes qu'il soit le fait de l'armée israélienne et a appelé une nouvelle fois l'Etat hébreu à "faire plus" pour protéger les civils.

L'armée israélienne n'a pas écarté l'hypothèse selon laquelle les réfugiés palestiniens tués dans cette école l'auraient été par des tirs du Hamas et non par les siens.

Première publication : 31/07/2014