Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Libération: augmentation du capital de 18 millions d'euros

© AFP/Archives | L'entrée du siège du journal Libération à Paris 20 février 2014L'entrée du siège du journal Libération à Paris 20 février 2014

Les actionnaires de Libération ont procédé à une augmentation de capital de 18 millions d'euros du journal menacé de faillite, dont 10 millions versés par le patron de Numéricable Patrick Drahi, a annoncé jeudi l'homme d'affaires Bruno Ledoux.

"Bruno Ledoux, Président de la nouvelle holding du Groupe Libération, Presse Media Participation (PMP), et au nom de tous les actionnaires, confirme que l'augmentation de capital de Libération à hauteur de 18 millions d'euros a été signée ce jour", selon un communiqué.

Le milliardaire Patrick Drahi précise dans un communiqué séparé avoir participé à hauteur de dix millions d'euros, après avoir déjà injecté en urgence en avril quatre millions d'euros. "Les quatre autres millions ont été versés par d'autres investisseurs trouvés par Bruno Ledoux", selon l'entourage de Patrick Drahi.

Les versements à Libération "seront échelonnés sur une période de douze mois", précise le communiqué.

Selon une lettre aux salariés dont l'AFP a obtenu copie, cette modification de l'actionnariat du capital entraîne l'ouverture d'une clause de cession, qui permet aux journalistes de bénéficier de certaines indemnités de départ.

"Libération, par ce refinancement, est sauvé. Une nouvelle page de l'histoire du journal est ouverte", estime Bruno Ledoux dans son communiqué.