Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

Litige avec les fonds "vautours": l'Argentine accuse les Etats-Unis

AFP

Le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanich au cours de la conférence de presse du 30 juillet 2014Le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanich au cours de la conférence de presse du 30 juillet 2014

Le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanich au cours de la conférence de presse du 30 juillet 2014Le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanich au cours de la conférence de presse du 30 juillet 2014

Le chef du gouvernement argentin a accusé jeudi les Etats-Unis d'avoir une part de responsabilité dans l'échec des négociations dans le litige Argentine-fonds "vautours" qui a conduit l'Argentine à un défaut de paiement partiel.

"Si le juge est un agent des fonds spéculatifs, si le médiateur (judiciaire) est un agent à eux, de quelle justice parle-t-on ? Il y a dans cette affaire une responsabilité de l'Etat, des Etats-Unis, qui doivent garantir les conditions d'un respect sans restrictions de la souveraineté des pays", a déclaré le chef du gouvernement argentin Jorge Capitanich, lors de sa conférence de presse quotidienne.

Il faisait référence au juge new-yorkais Thomas Griesa et au médiateur désigné par ce dernier, Daniel Pollack.

Les conversations entre Buenos Aires et les fonds "vautours", dont NML Capital et Aurelius, pour parvenir à un compromis, ont échoué.

M. Capitanich a dénoncé un parti-pris du pouvoir judiciaire et que le gouvernement des Etats-Unis se soit abstenu d'intervenir pour y remédier.

"Du fait de leurs mauvaises pratiques, les Etats-Unis sont responsables de ne pas avoir agi de manière adéquate. Et qu'ils ne sortent pas avec l?excuse que la justice est indépendante, car elle est indépendante de la rationalité et pas des fonds vautours", s'est emporté le chef du gouvernement.

"Cela ne peut pas continuer indéfiniment", a-t-il encore dit.

Le ministre argentin de l'Economie Axel Kicillof a annoncé mercredi soir de New York que l'Argentine "honorerait ses obligations" et allait saisir des instances judiciaires internationales "pour faire valoir ses droits".

La présidente de centre-gauche Cristina Kirchner devait s'exprimer jeudi en fin de journée.

Première publication : 31/07/2014