Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Plaintes pour actes racistes et antisémites: la circulaire envoyée aux préfets

© AFP/Archives | Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 30 juillet 2014 à ParisLe ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le 30 juillet 2014 à Paris

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a envoyé mercredi une circulaire aux préfets détaillant la façon dont ils devront porter plainte en cas d'actes racistes ou antisémites, a annoncé l'Intérieur jeudi.

Cette circulaire signée du ministre évoque le "contexte actuel de tensions internationales notamment au Proche-Orient" qui "se traduit par une recrudescence d'actes et de propos à caractère raciste ou antisémite". Des "faits graves et intolérables" face auxquels il faut faire preuve de "fermeté absolue", écrit-il.

En conséquence, le ministre demande aux préfets de signaler ces faits "systématiquement au parquet compétent aux fins de poursuite" invoquant les délits qui les caractérisent.

Il cite par exemple à cet égard la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse qui "sanctionne d'une peine d'un an d'emprisonnement et d'une amende de 45.000 euros" la "provocation à la discrimination, la haine ou à la violence" à l'égard de personnes pour "origine, appartenance ou non appartenance" à "une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée".

Le ministre avait annoncé lundi son intention de demander aux préfets d'ester en justice, lors d'une visite de terrain à Val-de-Reuil (Eure). Il avait cité deux cas à l'appui: des croix gammées tracées sur un lieu de culte musulman à La Charité-sur-Loire (Nièvre) samedi dernier, et une inscription antisémite découverte lundi sur une stèle à la mémoire d'enfants juifs déportés à Marseille.