Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

Plus de 1.000 satellites lancés dans la décennie à venir pour un montant de 248 mds USD

© Eutelsat/AFP/Archives | Le satellite européen KA-SAt d'Eutelsat Communications envoyé en orbite le 26 décembre 2010Le satellite européen KA-SAt d'Eutelsat Communications envoyé en orbite le 26 décembre 2010

Plus d'un millier de satellites seront lancés au cours de la décennie à venir, pour un montant de 248 milliards de dollars, portés par de nouveaux venus dans le secteur et les sociétés commerciales, selon un rapport publié jeudi.

"Plus des trois quarts des 248 milliards de dollars générés par la construction et le lancement de ces 1.155 satellites sont le fait des gouvernements à travers le monde", relève cette étude intitulée "Satellites à construire et à lancer" (Satellites to be built and launched) et publiée par Euroconsult.

Elle estime que "115 satellites seront lancés en moyenne par an sur les dix prochaines années (2014-2023)".

"En comparaison avec la prévision de l'an passé, le nombre de satellites reste stable tandis que la valeur du marché spatial mondial croit, traduisant ainsi l'importance économique croissante du secteur à la fois pour les gouvernements et pour les sociétés commerciales exploitant des systèmes de satellites", souligne-t-elle.

Elle explique que le poids des Etats sur les activités spatiales continue de croître "car les puissances spatiales établies remplacent et étendent leurs systèmes satellitaires déjà en orbite tandis que davantage de pays acquièrent leur premier système satellitaire opérationnel, généralement pour les télécommunications et la télédiffusion ou pour l'observation de la Terre et le renseignement image."

Ce marché gouvernemental demeure très concentré avec dix pays ayant une industrie spatiale établie représentant presque 90% de la valeur de marché.

Mais la croissance des activités gouvernementales "sera portée par 35 pays spatiaux émergents qui s'équipent de nouveaux systèmes de satellite, créant ainsi un marché de 2 milliards de dollars par an en moyenne sur les dix prochaines années."

"Les gouvernements des puissances spatiales établies continueront à soutenir l'innovation technologique pour les systèmes de satellite produits par leurs industries nationales et exportés à d'autres gouvernements", affirme Rachel Villain, conseiller espace à Euroconsult et éditrice du rapport.

Par ailleurs, quelque 350 satellites sont à lancer dans la décennie dans le secteur spatial commercial, selon Euroconsult, la plupart pour remplacer des capacités existantes en orbite.

83% de la valeur du marché sera concentrée en orbite géostationnaire, qui est la destination de plus de 300 satellites exploités par des entreprises commerciales afin de fournir des services de télécommunications et télédiffusion aux gouvernements, aux entreprises et aux particuliers, poursuit le rapport.

Ceux lancés sur des orbites non-géostationnaires, destinés aux services de communications et d'imagerie de la Terre, devraient représenter un marché de 1 milliard de dollars par an en moyenne sur la décennie.

Euroconsult est une société indépendante d?analyse et de conseil centrée sur les hautes technologies, avec une expertise dans les secteurs de l?espace, des applications satellite et de la télévision numérique. Son rapport fait référence dans le secteur.