Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

© Ben Stansall, AFP | Une agence de la banque HSBC dans le centre de Londres

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 31/07/2014

HSBC a fermé plusieurs comptes d’associations et organisations de bienfaisance musulmanes au Royaume-Uni. Le géant bancaire, qui se défend de toute discrimination, n’a fourni aucune explication aux personnes concernées.

Les comptes de clients musulmans seraient-ils devenus trop risqués pour la banque HSBC ? C’est ce que se demandent depuis une dizaine de jours des responsables d’associations islamiques et de centres cultuels au Royaume-Uni.

Ils sont plusieurs à avoir reçu une lettre du géant bancaire leur signifiant la fermeture de leur compte, raconte, mercredi 30 juillet, le site de la chaîne britannique BBC. Cette mauvaise surprise ne s’accompagnait, surtout, d’”aucune explication satisfaisante”, souligne le quotidien “The Guardian”.

Au mieux, la banque affirme que la gestion du compte ne rentrait plus dans le périmètre de “l’appétit au risque” de la HSBC. Cette formulation a laissé Khalid Oumar, l’un des gérants des finances de la célèbre mosquée de Finsbury Park, au nord de Londres, sur sa faim. “L’absence de réelles explications nous a poussés à conclure qu’il devait s’agir d’une forme de campagne islamophobe contre les organismes de bienfaisance musulmans au Royaume-Uni”, souligne-t-il à la BBC.

Des comptes d’enfants

Le cas de cette mosquée précise est particulier en raison de son passé sulfureux. Elle était, en effet, dirigée jusqu’en 2005 par le prédicateur fondamentaliste Abou Hamza, reconnu coupable aux États-Unis de soutien au terrorisme en mai dernier. Son dirigeant actuel, Mohammed Kozbar, assure qu’à la lumière de tous les efforts entrepris pour changer l’image de la mosquée de Finsbury Park, il ne s’attendait pas à ça. “Je suis choqué et consterné par cette décision”, affirme-t-il à la BBC.

Même sentiment pour Anas Altikriti, qui dirige depuis 2005, la Cordoba Foundation, un centre de réflexion musulman. Ce natif de Bagdad était client de la banque depuis les années 1980 et n’avait jamais eu de soucis jusqu’à présent. Il est d’autant plus perplexe, que sa femme et ses deux enfants de 16 et 12 ans ont aussi reçu une lettre de la HSBC. “L’argent de poche des enfants peut-il vraiment être en dehors du périmètre ‘d’appétit du risque’ d’un géant bancaire comme HSBC ?”, s’étonne “The Guardian”.

Difficile de savoir combien d’organisations musulmanes ont reçu une telle lettre. La banque refuse de “discuter de ses clients individuels et ne confirme pas si une personne détient ou a détenu un compte [chez elle, NDLR]”. Un porte-parole de la communauté musulmane d’Ahmadiyya, une branche de l’islam, qui gère la mosquée londonienne de Baitul Futuh, la plus grande d’Europe, affirme à France 24 n’avoir pas connaissance d’autres cas. “Cela semble être des événements très isolés”, explique-t-il.

Des cartels mexicains aux musulmans britanniques

Contactée par France 24, la banque affirme ne pas avoir pris ses décisions “en fonction de la race ou de la religion d’un client”. Une telle discrimination serait “immorale, inacceptable, et illégale et HSBC a mis en place des règles pour s’assurer que la race et la religion ne soient jamais un facteur dans une décision bancaire”, affirme l’établissement financier.

Elle explique que ces fermetures de comptes interviennent dans un contexte plus général qui découle de l’amende de 1,2 milliard de dollars infligée à la HSBC en 2012 par les États-Unis et le Royaume-Uni. La banque avait, à l’époque, été accusée de permettre aux cartels mexicains de blanchir l’argent du trafic de drogue. À la suite de cette affaire, elle a entrepris “d’évaluer toutes [ses] activités”. “En conséquence de ce processus nous avons décidé de mettre un terme à nos relations avec des clients dans plus de 70 pays”, assure la HSBC. Parmi ces clients mis à la porte, les associations musulmanes ne seraient finalement que des victimes collatérales.

Première publication : 31/07/2014

  • BLANCHIMENT

    HSBC paye une amende record pour éviter les poursuites aux États-Unis

    En savoir plus

  • BANQUES

    La banque HSBC épinglée pour blanchiment d'argent de la drogue et du terrorisme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)