Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile réagit au discours de Barack Obama sur l'EIIL

En savoir plus

SUR LE NET

Le web révolutionne le journalisme d'investigation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy : Chronique d'un retour annoncé

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 12 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le PS dans la tourmente

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Emma Stone et Colin Firth nous jouent un tour dans "Magic in the moonlight"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

FOCUS

Un siècle après, que reste-t-il de la présence allemande en Namibie ?

En savoir plus

  • Paris s'apprête à accueillir la conférence internationale sur l'État islamique

    En savoir plus

  • EI : "Ce ne sont pas des musulmans mais des monstres", affirme Cameron

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la "team USA" seule au monde

    En savoir plus

  • Législatives suédoises : la gauche en tête, poussée de l'extrême droite

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Lille prend la tête, l’OM revient

    En savoir plus

  • Objecteurs de conscience en Israël : 200 vétérans défendent leur unité

    En savoir plus

  • Grève chez Air France : journée noire attendue lundi

    En savoir plus

  • Les pro-russes menacent le processus de paix dans l'est de l'Ukraine, selon Kiev

    En savoir plus

  • Tour d’Espagne : le troisième sacre d’Alberto Contador

    En savoir plus

  • Webdocumentaire : Chibanis, l’éternel exil des travailleurs maghrébins

    En savoir plus

  • Corée du Nord : l'Américain Matthew Miller condamné aux travaux forcés

    En savoir plus

  • Plus de 900 résidents français impliqués dans le jihad

    En savoir plus

  • En images : Roland-Garros en fête pour la Coupe Davis

    En savoir plus

  • Corse : attentat contre une discothèque du Club Med

    En savoir plus

  • Mondial de basket : la France remporte une médaille de bronze historique

    En savoir plus

Afrique

Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

© Seyllou, AFP | Des sympathisants de Karim Wade manifestant à Dakar, le 8 octobre 2013.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/07/2014

Karim Wade est accusé d'avoir détourné 178 millions d'euros du temps où il était conseiller, puis ministre de son père, président du Sénégal. Alors que son procès s'ouvre ce jeudi à Dakar, ses avocats dénoncent une manœuvre politique.

Le fils de l'ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade, Karim, en détention préventive depuis 15 mois, est jugé à partir de ce jeudi 31 juillet à Dakar pour "enrichissement illicite" du temps où il était conseiller, puis ministre de son père.

"Karim est en très bonne forme" avant son procès, a déclaré à l'AFP un de ses avocats, Me El Hadj Amadou Sall, par ailleurs membre influent du Parti démocratique sénégalais (PDS), l'ancien parti au pouvoir toujours présidé par Abdoulaye Wade.

Le fils de l'ex-chef de l’État, au pouvoir durant 12 ans (2000-2012) est accusé d'avoir illégalement acquis 178 millions d'euros par le biais de montages financiers complexes. Une somme qui, selon l'accusation, se trouverait aujourd'hui dans des paradis fiscaux, dont Monaco, Singapour ou les Îles vierges britanniques.

Ce patrimoine présumé comprend notamment 69 millions d'euros détenus sur un compte en banque à Singapour. Environ 70 millions d'euros seraient répartis dans trois sociétés, gérées par des prête-noms et domiciliées au Luxembourg et à Monaco. Enfin, 11 millions d'euros seraient placés dans des sociétés au Sénégal dont Karim Wade serait le réel bénéficiaire.

Deux millions d’euros de patrimoine, selon la défense

Les avocats de Karim Wade affirment à FRANCE 24 détenir de documents qui dédouanent leur client. "Les autorités des Îles vierges britanniques viennent d'attester que cette société est fantôme, et qu'elle n'a jamais existé ou été enregistrée chez elles, assure Me Mohamed Seydou Diagne, l'un des avocats de Karim Wade. D'un autre côté, nous avons la preuve par des autorités bancaires très honorables qu'aucun virement ne peut être effectué sur le compte de Singapour, pour la simple raison que ce compte n'existe pas et que son bénéficiaire n'existe pas."

Pour la défense, le patrimoine du fils Wade s’élève à environ deux millions d'euros, une fortune constituée pour l'essentiel lors de ses activités de trader en Europe avant qu’il ne devienne conseiller, puis puissant ministre de son père.

>> À lire sur France 24 : Karim Wade doit justifier de l'origine de 150 millions d'euros supplémentaires

Avant qu'Abdoulaye Wade ne soit largement battu au second tour de la présidentielle le 25 mars 2012 par l'actuel chef de l'État Macky Sall, Karim, âgé de 45 ans, cumulait les ministères de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Énergie, ce qui lui avait valu alors d'être appelé "Ministre du ciel et de la terre".

Arrêté en avril 2013 à Dakar, Karim Wade est resté depuis dans une cellule de la prison principale de la capitale sénégalaise, en dépit de plusieurs demandes de remise en liberté de ses avocats, toutes rejetées.

"Procès de la honte"

Pour les avocats de Karim Wade, la décision prise en juin par le parquet financier de Paris de classer sans suite une plainte de l'État du Sénégal contre leur client pour recel de détournement de fonds publics, recel d'abus de biens sociaux et de corruption en France constitue une preuve de son innocence. "Tout est mis en œuvre pour se débarrasser d'un potentiel adversaire politique pour la prochaine élection [présidentielle]", estime Me Mohamed Seydou Diagne.

Le procès de Karim "est un procès de la honte destiné à éliminer un adversaire politique" avant la prochaine élection présidentielle théoriquement prévue en 2017, juge de son côté Me El Hadj Amadou Sall, qui parle de "chasse aux sorcières". La défense en veut pour preuve le jugement de Karim Wade par une cour spéciale, la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Cette cour, qui était en sommeil depuis des années, a été réactivée par le président Macky Sall après son élection en 2012, afin de poursuivre les responsables de l'ancien régime soupçonnés de malversations. Plusieurs organisations internationales et nationales de défense des droits de l'Homme ont regretté que "la lutte légitime contre la corruption soit menée par une juridiction ayant tous les attributs d'une juridiction d'exception violant les droits de la défense des personnes inculpées et ne garantissant pas le droit à un procès équitable".

>> L'entretien d'Abdoulaye Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m'a empêché d'aller au Sénégal"

Abdoulaye Wade, âgé de 87 ans, personnage charismatique coutumier des coups d'éclat et des déclarations fracassantes du temps de sa présidence, a effectué un retour théâtral le 26 avril à Dakar après près de deux ans d'absence, en grande partie pour y soutenir son fils, mais aussi pour reprendre en mains un PDS affaibli et miné par les divisions. Il a accusé son successeur Macky Sall d'avoir "utilisé l'idée de la traque des biens mal acquis pour combattre Karim, le faire condamner, le priver de ses droits civiques pour qu'il ne se présente pas" à la prochaine présidentielle.

Avec AFP

Première publication : 31/07/2014

  • SÉNÉGAL

    Sénégal : la Première ministre Aminata Touré démise de ses fonctions

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Abdoulaye Wade de retour au Sénégal après deux ans d’absence

    En savoir plus

  • SÉNÉGAL

    Wade à FRANCE 24 : "Macky Sall m’a empêché d’aller au Sénégal"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)