Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La photo du corps d'Aylan Kurdi, image "choc" de la crise des réfugiés syriens

En savoir plus

POLITIQUE

"En France, on censure les émotions dans la presse"

En savoir plus

POLITIQUE

"Les Français ne veulent pas du match retour Sarkozy-Hollande"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Hubert Védrine : "L'Europe doit élaborer une politique à la hauteur du drame des migrants"

En savoir plus

FOCUS

Guatemala : scandale de corruption en toile de fond de la présidentielle

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 1)

En savoir plus

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

Un rappeur et un entrepreneur en quête d’identité européenne (partie 2)

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Enseignement : le retour de la morale à l'école

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rencontre avec le quator gallois Stereophonics

En savoir plus

FRANCE

Grande Guerre : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

© AFP | Photo d'archives non datée de Georges Clemenceau dans les tranchées

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/08/2014

Le gouvernement a invité les maires de toutes les communes de France à faire sonner le tocsin ce vendredi 1er août à 16h00, pour commémorer le centenaire de la "mobilisation générale" d'août 1914 et le début de la Première Guerre mondiale.

Un siècle est passé mais le son singulier du tocsin glace toujours le sang. Ces cloches, synonyme d'événement grave dans la mémoire collective, ont de nouveau sonné à travers la France, vendredi 1er août à 16h00 précises, pour commémorer le début de la Première Guerre mondiale.

Il y a 100 ans, à la même heure, tous les clochers du pays retentissaient tandis que les Français découvraient, sur les portes de leur mairie, l’ordre de "mobilisation générale" qui allait envoyer 8,5 millions de Français se battre sur le front, de 1914 à 1918. Dès le lendemain, quelque trois millions de réservistes étaient alors invités à rejoindre les 800 000 soldats en service actif ; puis le 3 août, l'Allemagne déclarait officiellement la guerre à la France.

“Pour un centenaire de cohésion et d'unité nationale"

Kader Arif, secrétaire d'État aux Anciens combattants et à la mémoire, avait "encouragé tous les maires à s'associer à cette commémoration [...]”, qui s'est déroulée sur la base du volontariat de chaque maire, selon une circulaire du ministère de l’Intérieur. Il s'agissait, selon Kader Arif, de commémorer la Grande Guerre "dans chaque commune, chaque famille, chaque foyer, en y associant le plus grand nombre de Français, pour un centenaire de cohésion et d'unité nationale".

À Paris, le toscin a été suivi d’une cérémonie à la mémoire des combattants à l'Arc-de-triomphe. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et Kader Arif ont présidé cet événement, en présence de passionnés en tenues de soldats de 1914.

Avec AFP

Première publication : 01/08/2014

  • INTERVIEW

    "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • CENTENAIRE

    Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • 14-JUILLET

    Vidéo : à Bamako, on préserve la mémoire des soldats maliens de la Grande Guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)