Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Afrique

Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

© Cellou Binani, AFP | Médecins sans frontières supervise une livraison de matérial médical en Guinée, le 22 juillet.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2014

Plusieurs chefs d'États d'Afrique de l'Ouest se sont réunis à Conakry, en Guinée, pour un sommet régional consacré à l'épidémie d'Ebola. Le virus a tué plus de 700 personnes dans la région depuis le début de l'année.

Pour tenter d'enrayer la propagation de l'épidémie de virus Ebola, qui a fait plus de 700 morts en Afrique de l'Ouest depuis le début de l'année, les chefs d'État des pays touchés - Guinée, Liberia, Sierra Leone et Côte d'Ivoire - se sont réunis, vendredi 1er août à Conakry.

>> À lire sur France 24 : Ce qu'il faut savoir sur le virus Ebola

À l'issue de ce sommet, la Guinée, la Sierra Leone et le Liberia ont décidé d'imposer un cordon sanitaire autour de l'épicentre de l'épidémie, une zone située sur leur frontière commune. Une mesure qui s'ajoute aux efforts menés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre cette épidémie de fièvre hémorragique, d'une ampleur sans précédent. L'OMS a annoncé jeudi 31 juillet un soutien financier d'un montant de 100 millions de dollars.

La directrice de l'OMS, Margaret Chan, a également participé à ce sommet de Conakry, notamment pour lancer, avec les participants, son plan contre Ebola. Le Dr Chan a justifié cette "augmentation des ressources" par "l'ampleur de l'épidémie", qui, au 27 juillet, totalisait plus de 1 300 cas, dont 729 mortels, (339 en Guinée, 233 en Sierra Leone et 156 au Liberia), selon le dernier bilan de l'OMS publié jeudi.

Elle a ajouté que ce plan de 100 millions de dollars (75 millions d'euros) visait à déployer "plusieurs centaines" de travailleurs humanitaires supplémentaires pour renforcer les quelques centaines déjà sur le terrain, dont 120 employés de l'OMS.

Mesures de précaution à travers le monde

Devant l'aggravation de la situation, des mesures de précaution se multiplient en Afrique et ailleurs dans le monde.

>> À lire sur FRANCE 24 : "Les personnes traitées peuvent rapidement guérir"

Les présidents sierra-léonais, Ernest Bai Koroma, et libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, ont préféré renoncer à se rendre au sommet Afrique-États-Unis la semaine prochaine à Washington et annoncé de nouvelles mesures radicales.

Evoquant un "défi exceptionnel", Ernest Bai Koroma a décrété jeudi "l'état d'urgence pour nous permettre de prendre des mesures plus fermes", sur une période de 60 à 90 jours, éventuellement reconductible. Il a énuméré une batterie de dispositions, dont le placement en quarantaine des foyers d'Ebola, l'escorte des travailleurs sanitaires par les forces de sécurité et des perquisitions pour repérer les malades présumés.

Peu auparavant, son homologue libérienne avait ordonné la fermeture de "toutes les écoles" ainsi que de "tous les marchés dans les zones frontalières", ainsi que la mise en quarantaine de certaines localités, "dont l'accès serait limité aux personnels des services de santé".

"Éviter de se rendre dans les pays touchés"

Les autorités américaines et allemandes ont recommandé de leur côté jeudi à leurs ressortissants d'éviter de se rendre dans les trois pays touchés par le virus. La France y a ajouté le Nigeria, qui a enregistré un premier mort d'Ebola la semaine dernière, un Libérien arrivé en avion via Lomé et Accra.

Lagos a d'ailleurs annoncé jeudi avoir placé deux personnes en quarantaine car elles avaient été en contact étroit avec la victime et 69 autres se trouvent sous surveillance médicale.

Des pays d'Afrique centrale et orientale ont eux aussi pris des précautions. La RD Congo a annoncé de nouvelles mesures sanitaires et les Seychelles ont annulé un match de football avec la Sierra Leone prévu samedi. Le Kenya et l'Éthiopie, qui abritent deux des plus importantes plates-formes aéroportuaires d'Afrique, ont affirmé avoir renforcé leur dispositif. L'Ouganda, touché ces dernières années par Ebola, a assuré être en alerte, la Tanzanie se prévalant de "mesures de précaution".

Le virus, contre lequel il n'existe pas de vaccin, provoque hémorragies, vomissements et diarrhées. Son taux de mortalité varie de 25 à 90 %.

Avec AFP

Première publication : 01/08/2014

  • SANTÉ

    Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)