Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Moyen-Orient

John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

© Lucas JACKSON , AFP | C'est lors d'un déplacement à New Delhi que le chef de la diplomatie américaine a annoncé le cessez-le-feu de 72 heures.

Vidéo par Maud ROUBEAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2014

Le secrétaire d'État américain John Kerry a annoncé qu'Israël et le Hamas avaient accepté de respecter un cessez-le-feu de 72 heures dans la bande de Gaza, à partir de vendredi. Des négociations pourraient débuter en Égypte dans la foulée .

Le cessez-le-feu a débuté vendredi 1er août. Israël et le Hamas se sont entendus pour faire taire 72 heures à Gaza, théâtre sanglant de l’offensive militaire israélienne lancée le 8 juillet, a annoncé le secrétaire d'État américain John Kerry, en déplacement à New Delhi. Des discussions devraient également commencer entre Israéliens et Palestiniens dans la foulée au Caire.

"Ce cessez-le-feu est très important pour donner aux civils innocents un répit dont ils ont bien besoin face à la violence", a déclaré John Kerry à New Delhi. "Pendant cette période (de 72 heures) les civils à Gaza recevront l'aide humanitaire dont ils ont un besoin urgent et auront l'occasion de poursuivre des activités vitales, comme par exemple d'enterrer leurs morts, s'occuper des blessés et se réapprovisionner en denrées alimentaires. Des réparations nécessaires sur les infrastructures d'approvisionnement en eau et en énergie pourraient également continuer pendant cette période", a-t-il ajouté.

John Kerry a précisé qu'il faisait l'annonce de ce cessez-le-feu conjointement avec le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, également largement impliqué dans la recherche d'une solution à ce conflit sanglant.

Un haut membre du Hamas a confirmé dans la foulée à FRANCE 24 que le mouvement a bien accepté le cessez-le-feu. Il a ajouté : "Nous espérons que l'autre camp le respectera."

"Le Hamas et tous les mouvements de la Résistance [palestinienne] ont accepté un cessez-le-feu humanitaire de 72 heures à compter de vendredi 8 heures qui sera respecté par tous ces mouvements si l'autre partie [Israël, NDLR] observe aussi ce cessez-le-feu", a affirmé le porte-parole, Fawzi Barhoum.

L'offensive la plus meurtrière depuis 2009

Depuis le début de l’opération Bordure protectrice, 1 442 Palestiniens ont été tués et 8 200 blessés à Gaza. En 2009, lors de l'opération "Plomb Durci", 1 440 Palestiniens avaient péri et plus de 5 300 avaient été blessés, selon des sources médicales et associatives palestiniennes. Côté israélien, 56 soldats sont tombés au front lors de l'opération actuellement en cours tandis que 10 soldats avaient péri lors de l'opération Plomb durci en 2008-2009.

Désormais, plus de 230 000 réfugiés palestiniens s'entassent dans des conditions de précarité extrême dans les 85 centres de l'agence de l'ONU à Gaza, sans électricité et avec très peu d'eau et de vivres. C'est près de cinq fois plus que lors de la guerre de 2008-2009.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/08/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)