Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Billet Retour à Phnom Penh

En savoir plus

DÉBAT

Rapprochement États-Unis - Cuba : la fin du castrisme ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie : il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ébossé : une contre-autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Hacking de Sony Pictures : la victoire de Pyongyang

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Croissance : l'Insee prévoit une embellie en 2015

En savoir plus

Moyen-Orient

Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations prévues en Égypte

© Mahmud Hams, AFP | Un enfant Gazaoui, dans une tente, près d'un hôpital de Gaza.

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2014

Un cessez-le-feu sans précédent depuis le début de l'opération de l'armée israélienne sur la bande de Gaza est entré en vigueur vendredi au petit matin. Dans la foulée, des négociations doivent débuter en Égypte.

Après 24 jours sous les bombardements israéliens, la bande de Gaza pourrait connaître trois jours de répit. Pour la première fois depuis le début de l'opération Bordure protectrice sur l'enclave palestinienne, l'État hébreu et le mouvement islamiste palestinien Hamas ont tous deux accepté un cessez-le-feu de 72 heures. La trêve a pris effet vendredi 1er août au petit matin.

Israël a accepté un cessez-le-feu humanitaire de 72 heures sur une proposition des États-Unis et de l'ONU, a révélé jeudi soir, sous couvert d'anonymat, un collaborateur du Premier ministre Benjamin Netanyahou. Un porte-parole du Hamas a de son côté affirmé que l'organisation acceptait d'observer cette trêve si son adversaire faisait de même.

Les précédents cessez-le-feu humanitaires, unilatéraux, ont volé en éclats. Mais c'est la première fois qu'un cessez-le-feu recueille l'assentiment des deux camps et qu'il prévoit de faire taire les armes sur une période aussi longue.

Selon un communiqué commun de John Kerry et du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, ce "cessez-le-feu sans pré-conditions et qui pourra être étendu" n'empêchera pas l'armée israélienne, qui a déclenché les hostilités le 8 juillet, de poursuivre ses opérations derrière ses positions actuelles.

Cette trêve aux visées d'abord humanitaires, a été précédée pendant deux heures par des bombardements intenses et des tirs de roquettes, ont constaté les journalistes de l'AFP à Gaza. Mais à 8 heures, heure locale, les bruits de combat avaient cessé dans ce secteur.

Peu avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, l'armée israélienne a par ailleurs annoncé la mort de cinq soldats, tués jeudi soir par des tirs d'obus palestiniens. Pendant la nuit, notamment dans le secteur de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, 14 Palestiniens ont été tués, selon les secours.

Début de négociations en Égypte

Ce cessez-le-feu doit aussi permettre aux deux parties d'engager, avec la médiation de l'Égypte, des négociations "de fond".

Des délégations palestinienne et israélienne sont attendues vendredi matin au Caire pour entamer des pourparlers associant le gouvernement égyptien et destinés à rechercher "un cessez-le-feu durable", selon le communiqué conjoint de l'ONU et de Washington. Un émissaire américain devrait participer aux négociations, selon un responsable américain.

Même si la trêve devait tenir, les divergences de fond sont profondes. Les discussions du Caire doivent permettre aux belligérants d'aborder tous les litiges.

Outre l'arrêt des frappes israéliennes, le Hamas exige un retrait des troupes israéliennes, ainsi qu'une levée du blocus qui étouffe l'enclave palestinienne depuis 2006.

De son côté, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a de nouveau affiché sa détermination jeudi, affirmant que son armée "finirait le travail" avant de cesser ses opérations, notammment en détruisant les tunnels du Hamas, cessez-le-feu ou pas.

Si l'opération Bordure protectrice bénéficie du soutien massif de la population israélienne, elle a provoqué l'inquiétude croissante de la communauté internationale face au très lourd tribut payé par la population de Gaza. Avec environ 1 450 morts et plus de 8 300 blessés, en grande majorité des civils, cette guerre s'est d'ores et déjà révélée plus meurtrière que Plomb Durci (2008-2009). Au moins 242 enfants ont été tués, selon l'Unicef.

De son côté, l'armée israélienne a pour sa part perdu 61 soldats, ses pertes les plus lourdes depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006. Trois civils, dont un ouvrier agricole thaïlandais, ont été tués en Israël par des roquettes. Le Hamas a tiré quelques 3 000 roquettes vers l'État hébreu depuis le début de l'opération.

Avec AFP

Première publication : 01/08/2014

  • PROCHE-ORIENT

    John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Gaza : tirs meurtriers contre une école de l'ONU, fragile espoir de trêve

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)