Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

  • En direct : suivez le match PSG - FC Barcelone

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Le titre de Banco Espirito Santo, en chute libre, suspendu à la Bourse de Lisbonne

AFP

Le siège de la BES à Lisbonne, le 10 juillet 2014Le siège de la BES à Lisbonne, le 10 juillet 2014

Le siège de la BES à Lisbonne, le 10 juillet 2014Le siège de la BES à Lisbonne, le 10 juillet 2014

Le titre de Banco Espirito Santo, en chute libre, a été suspendu vendredi après-midi à la Bourse de Lisbonne, deux jours après la publication d'une perte record, ont annoncé les autorités boursières.

Au moment de sa suspension à 14H42 GMT, le titre plongeait de 40,30% à 0,12 euro, un nouveau plus bas historique. Le titre est suspendu dans l'attente de "la publication d'une information importante" sur la banque, selon le communiqué.

A 15H18 GMT, la Bourse de Lisbonne, emportée par le plongeon du titre BES, perdait 3,32% à 5.781,20 points.

Deux jours après l'annonce d'une perte historique de 3,57 milliards d'euros au premier semestre, les investisseurs vendaient massivement les titres BES, inquiets pour la solvabilité de la banque.

La banque américaine Goldman Sachs a indiqué vendredi avoir ramené sa participation dans BES, acquise le 22 juillet, de 2,27% à 1,91%, une annonce qui a accéléré la chute du titre.

En un mois, le titre a perdu plus des deux tiers de sa valeur et la capitalisation boursière de la banque est passée vendredi sous le seuil du milliard d'euros, à 674 millions d'euros.

Désormais, la banque centrale n'écarte plus une intervention de l'Etat, qui dispose encore de 6,4 milliards d'euros de l'enveloppe allouée aux banques dans le cadre du plan de sauvetage du pays.

Selon la presse portugaise, le gouvernement et la Banque du Portugal étudient le scénario d'une intervention de l'Etat, avec le concours d'investisseurs privés.

L'affaire Banco Espirito Santo préoccupe au plus haut point le gouvernement portugais, dont le porte-parole, Luis Marques, a reconnu jeudi que "c'est un revers important pour l'économie du Portugal, vu la dimension du groupe qui traverse une grave crise".

Interrogé sur un éventuel recours à une aide de l'Etat, il a souligné que "la première étape passerait nécessairement par le marché, par des actionnaires privés".

Première publication : 01/08/2014