Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

La Tunisie "exhorte" ses ressortissants à quitter la Libye

AFP

Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014

Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014

La Tunisie a exhorté vendredi ses quelque 50.000 à 80.000 ressortissants présents en Libye à quitter le pays "le plus vite possible" en raison des combats qui y font rage depuis la mi-juillet.

"Le ministère des Affaires étrangères exhorte les Tunisiens se trouvant en territoire libyen à rentrer dans leur patrie le plus vite possible", a indiqué la diplomatie tunisienne dans un communiqué.

Soulignant "la détérioration des conditions sécuritaires dans plusieurs villes libyennes", le ministère a recommandé aux Tunisiens d'"être prudents dans leurs déplacements" et de contacter les missions consulaires de Tripoli et Benghazi (est) pour "faciliter leur retour par voie terrestre ou aérienne".

Le chef de la diplomatie tunisienne Mongi Hamdi avait indiqué cette semaine qu'entre 50.000 et 80.000 Tunisiens étaient installés en Libye.

La Libye est le théâtre depuis la mi-juillet de combats meurtriers entre diverses milices à Tripoli, la capitale, et à Benghazi, ville de l'est dont la principale base militaire est tombée aux mains de groupes jihadistes.

Depuis la chute en octobre 2011 de Mouammar Kadhafi après huit mois de rébellion soutenue par les Occidentaux, les autorités libyennes ne parviennent pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi en Libye, en l'absence d'une armée et d'une police régulières bien entraînées.

La Tunisie a prévenu cette semaine que, contrairement à 2011, elle ne pourra pas accueillir en masse sur son territoire des réfugiés de Libye. "La situation économique dans notre pays est précaire et on ne peut pas supporter (l'arrivée) de centaines de milliers de réfugiés", a souligné M. Hamdi mercredi.

Vendredi, les forces libyennes ont ouvert le feu à la frontière entre la Libye et la Tunisie après que des centaines de ressortissants étrangers, majoritairement des Egyptiens, ont voulu forcer le passage. Selon le ministère tunisien de l'Intérieur, quelque six mille personnes sont bloquées du côté libyen du poste frontière de Ras Jedir, où a eu lieu l'incident.

Première publication : 01/08/2014