Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola: ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sophie Marceau et Patrick Bruel en sex-addicts !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France : la politique familiale à l'heure des économies

En savoir plus

FOCUS

Ces réseaux salafistes qui inquiètent les autorités allemandes

En savoir plus

DÉBAT

Afghanistan : collaborer avec les États-unis... et les Taliban ?

En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

  • Gérard Larcher élu sans surprise président du Sénat

    En savoir plus

  • Ebola : Alpha Condé exige "une réponse globale" pour combattre l'épidémie

    En savoir plus

  • Affaire Bygmalion : deux proches de Jean-François Copé mis en examen

    En savoir plus

  • UFC-Que Choisir vs Foncia : l’action de groupe loin de la "class action"

    En savoir plus

  • Le PIB britannique dopé par la drogue et la prostitution

    En savoir plus

  • Erdogan s'engage contre l'EI mais garde comme priorité la chute du régime syrien

    En savoir plus

La Tunisie "exhorte" ses ressortissants à quitter la Libye

AFP

Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014

Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014Des réfugiés venant de Libye passent un poste frontière tunisien, le 30 juillet 2014

La Tunisie a exhorté vendredi ses quelque 50.000 à 80.000 ressortissants présents en Libye à quitter le pays "le plus vite possible" en raison des combats qui y font rage depuis la mi-juillet.

"Le ministère des Affaires étrangères exhorte les Tunisiens se trouvant en territoire libyen à rentrer dans leur patrie le plus vite possible", a indiqué la diplomatie tunisienne dans un communiqué.

Soulignant "la détérioration des conditions sécuritaires dans plusieurs villes libyennes", le ministère a recommandé aux Tunisiens d'"être prudents dans leurs déplacements" et de contacter les missions consulaires de Tripoli et Benghazi (est) pour "faciliter leur retour par voie terrestre ou aérienne".

Le chef de la diplomatie tunisienne Mongi Hamdi avait indiqué cette semaine qu'entre 50.000 et 80.000 Tunisiens étaient installés en Libye.

La Libye est le théâtre depuis la mi-juillet de combats meurtriers entre diverses milices à Tripoli, la capitale, et à Benghazi, ville de l'est dont la principale base militaire est tombée aux mains de groupes jihadistes.

Depuis la chute en octobre 2011 de Mouammar Kadhafi après huit mois de rébellion soutenue par les Occidentaux, les autorités libyennes ne parviennent pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés qui font la loi en Libye, en l'absence d'une armée et d'une police régulières bien entraînées.

La Tunisie a prévenu cette semaine que, contrairement à 2011, elle ne pourra pas accueillir en masse sur son territoire des réfugiés de Libye. "La situation économique dans notre pays est précaire et on ne peut pas supporter (l'arrivée) de centaines de milliers de réfugiés", a souligné M. Hamdi mercredi.

Vendredi, les forces libyennes ont ouvert le feu à la frontière entre la Libye et la Tunisie après que des centaines de ressortissants étrangers, majoritairement des Egyptiens, ont voulu forcer le passage. Selon le ministère tunisien de l'Intérieur, quelque six mille personnes sont bloquées du côté libyen du poste frontière de Ras Jedir, où a eu lieu l'incident.

Première publication : 01/08/2014