Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

EUROPE

Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

© Genya Savilov, AFP | Un char de l'armée ukrainienne dans la région de Donestk dans l'Est.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2014

Au moins 14 personnes, dont 10 soldats ukrainiens, ont été tuées dans la nuit de jeudi à vendredi dans des combats entre l'armée ukrainienne et des séparatistes pro-russes à Chakhtarsk, dans l'est de l'Ukraine.

C'est une lourde perte pour l'armée ukrainienne. Quatorze personnes, dont au moins dix soldats ukrainiens, sont mortes dans la nuit de jeudi à vendredi 1er août dans des combats entre forces ukrainiennes et séparatistes à Chakhtarsk, dans l'est de l'Ukraine, a-t-on appris de source militaire.

"Quatre corps n'ont pas encore été identifiés et il peut s'agir aussi bien de soldats ukrainiens que de terroristes" (insurgés), a précisé à l'AFP Olexiï Dmytrachkivski, porte-parole de l'état major ukrainien.

L'attaque au mortier et au char s'est produite près de la ville de Chakhtarsk, dans le secteur où le vol MH17 de la Malaysia Airlines a été abattu le 17 juillet dernier.

Reprise des combats dans la zone du crash du vol MH17

Les forces ukrainiennes ont repris leur offensive vendredi contre les insurgés prorusses. Ils avaient suspendu les combats la veille pour permettre aux enquêteurs internationaux d'accéder au site du crash. Ce drame a conduit à l'adoption de sanctions économiques sans précédent contre la Russie, accusée d'armer la rébellion.

Dans un communiqué, l'état-major ukrainien a indiqué avoir poursuivi sa progression entamée depuis début juillet qui lui a permis de repousser les séparatistes dans quelques bastions, essentiellement les villes de Donetsk et Lougansk, et dans la zone frontalière de la Russie qui les sépare.

Elles ont affirmé avoir constaté des violations de l'espace aérien ukrainien par l'aviation russe.


Au lendemain de l’arrivée d’un premier groupe restreint d’enquêteurs internationaux, quelque 70 experts néerlandais et australiens encadrés par des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont pu accéder, vendredi 1er août, au site du crash du vol MH17 malgré la reprise des combats.

Plus de deux semaines après le drame, qui a coûté la vie à 298 personnes, les débris du Boeing et certaines dépouilles sont encore sur place. "S'ils trouvent des restes humains, ils seront immédiatement récupérés", a indiqué le ministère néerlandais de la justice. Les boîtes noires ont déjà été remises au groupe chargé de l'enquête et envoyées au Royaume-Uni pour y être analysées.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/08/2014

  • UKRAINE

    MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • UKRAINE

    Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • UKRAINE

    En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)