Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'immigration : un sujet électoraliste?

En savoir plus

La question du fait divers en politique

En savoir plus

Les socialistes et les Verts : après la fusion la fission !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

Le souverainisme à la mode ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La politique... un choc de personnalités ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Vidéo : à la rencontre des réfugiés syriens exilés en Turquie

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

Vibrant hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis

AFP

Une femme lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaiseUne femme lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaise

Une femme lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaiseUne femme lors d'un hommage aux insurgés de Varsovie, 70 ans après le soulèvement contre les nazis, le 1er août 2014 dans la capitale polonaise

Les autorités polonaises et des habitants de Varsovie ont rendu vendredi un vibrant hommage à tous ceux qui ont participé au soulèvement de la capitale polonaise contre l'Allemagne nazie, dont on célébrait le 70e anniversaire du début.

"Nous rendons hommage aux insurgés, sachant que l'Insurrection de Varsovie fut l?ancêtre, malheureusement sanglant, de notre transformation pacifique ouverte il y a 25 ans" avec la chute du communisme, a déclaré la maire de Varsovie Hanna Gronkiewicz-Waltz, en déposant une gerbe au monument du soldat inconnu.

L'insurrection de Varsovie, souvent confondue avec celle du Ghetto juif en 1943, a éclaté le 1er août 1944.

Quelque 50.000 insurgés, essentiellement de jeunes scouts, soldats de la Résistance dépendant du gouvernement polonais en exil à Londres, ont alors pris les armes contre les occupants nazis. En 63 jours de combats, près de 200.000 civils ont été tués et la ville a été réduite à un amas de décombres. Adolf Hitler a ensuite donné l'ordre de raser la quasi-totalité de ce qu'il en restait.

Militairement dirigée contre les Allemands, l'insurrection visait également à se protéger politiquement contre l'URSS de Staline : les insurgés espéraient accueillir en maîtres des lieux à Varsovie l'Armée rouge. Mais celle-ci a préféré attendre que les nazis écrasent l'insurrection, éliminant les élites antisoviétiques polonaises.

"L'insurrection a éclaté car il n'y avait pas d'autre option pour se venger de l'humiliation, des camps, de toute cette tragédie qui s'est déroulée en Pologne", a déclaré à l'AFP Bogdan Horoszowski, un ancien insurgé.

Dès vendredi matin, les Varsoviens déposaient des gerbes devant les monuments et les plaques commémoratives en différents endroits de la capitale, où des scouts formaient des gardes d'honneur.

Il y a 70 ans, "les gens de notre âge allaient vers la mort pour que nous puissions être libres dans notre pays", a déclaré à l'AFP Jakub Wojnowski, un scout de 16 ans, montant la garde devant un monument à la mémoire des insurgés fusillés par les nazis après une tentative d'évacuation à travers les égouts de Varsovie.

"Si aujourd'hui il fallait défendre notre pays, je le ferais", a-t-il assuré.

Depuis quelques jours, de nombreuses manifestations artistiques, expositions, concerts, spectacles, projections de films, ont eu lieu à Varsovie.

A 17H00, heure du début de l'Insurrection, les sirènes ont retenti dans toute la ville, les véhicules et les passants se sont immobilisés dans les rues pendant 70 secondes.

Les principales stations de télévision et de radio polonaises, ainsi que des sites internet ont également arrêté le travail pendant plus d'une minute.

Première publication : 01/08/2014