Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

© F Nasri, AFP | Des Libyens entrent en Tunisie au poste-frontière de Ras Jedir, le 30 juillet 2014

Vidéo par Hamdi TLILI , Marine CASALIS

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/08/2014

Depuis plusieurs jours, des milliers de Libyens et de travailleurs étrangers, confrontés à l'escalade des combats entre milices rivales qui ont fait des centaines de morts depuis mi-juillet, fuient la Libye pour la Tunisie voisine. Reportage.

En moins de trois semaines, les affrontements entre des milices rivales ont fait plus d’une centaine de morts et des centaines de blessés à Tripoli, en Libye. La plupart des aéroports libyens, notamment ceux de Tripoli et Benghazi, sont fermés en raison de la détérioration des conditions de sécurité. La frontière tunisienne est devenue l'un des rares passages pour les résidents et quelques diplomates étrangers qui fuient les violences. Nos correspondants dans la région, Marine Casalis et Hamdi Tlili, se sont rendus sur place.

Selon les autorités tunisiennes, des milliers de Libyens entrent chaque jour en Tunisie. Certains envisagent ne rester que quelques jours, d'autres s’installent pour une durée indéfinie. Une habitante d’un quartier de Tripoli explique à France 24 : "La raison qui nous a poussé à quitter notre quartier de Swani, c'est les bombardements sur les civils avec des missiles, des roquettes, la destruction des maisons. Depuis un mois on ne dort plus, il y a des bombardements tous les jours, des secousses, des incendies."

Des milliers de travailleurs étrangers tentent également de quitter la Libye. Jeudi 31 juillet, deux personnes ont été tuées lorsque des gardes-frontière ont ouvert le feu pour repousser des centaines d'Égyptiens tentant d'entrer sur le territoire tunisien, a rapporté l'agence de presse officielle tunisienne TAP.

"Les diplomates partent pour une bonne raison"

Ces derniers jours, la plupart des missions diplomatiques ont évacué leurs ressortissants et fermé leur représentation. Les États-Unis ont évacué leur personnel diplomatique par la route. La France a, pour sa part, évacué ses ressortissants par la mer et fermé son ambassade dans la capitale libyenne. Une décision qui témoigne de la gravité de la situation selon Wassim, agent touristique, qui explique : "Je sais qu'à Tripoli il y a des affrontements, qu'il y a une guerre. Quand je vois des voitures diplomatiques qui quittent Tripoli je me dis qu'il y a une bonne raison derrière leur départ…"

Depuis la chute en 2011 du dictateur Mouammar Kadhafi, chassé du pouvoir par une rébellion soutenue par les Occidentaux, les autorités libyennes, déchirées par des luttes d'influence, ne parviennent pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-rebelles qui font la loi en l'absence d'une armée et d'une police bien structurées et entraînées.

Face à l’afflux de Libyens et de travailleurs étrangers qui fuient par la route, la Tunisie, qui redoute le scénario d'il y a trois ans, avait annoncé mercredi la possible fermeture de ses frontières avec la Libye si l’intérêt national l’exigeait. Mais jeudi soir, le point de passage de Ras Jedir était encore ouvert.

Première publication : 01/08/2014

  • LIBYE

    Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • LIBYE

    À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

  • LIBYE

    Les milices libyennes s’affrontent pour le contrôle de l’aéroport de Tripoli

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)