Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Wall Street hésite après un rapport décevant sur l'emploi

AFP

La Bourse de New YorkLa Bourse de New York

La Bourse de New YorkLa Bourse de New York

Wall Street hésitait peu après l'ouverture vendredi, tentant de discerner l'impact d'un rapport sur l'emploi un peu décevant sur la politique monétaire américaine: le Dow Jones, qui avait enregistré la veille sa pire chute en six mois, cédait 0,05% et le Nasdaq gagnait 0,14%.

Vers 14H10 GMT, le Dow Jones reculait de 8,63 points, à 16.554,67 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, grappillait 6,17 points, à 4.375,94 points.

L'indice élargi S&P 500 prenait 0,18%, soit 3,45 points, à 1.934,12 points.

La Bourse de New York s'était nettement repliée jeudi, ployant sous des résultats d'entreprises en demi-teinte, le défaut de paiement argentin et les inquiétudes sur l'économie européenne: le Dow Jones avait perdu 1,88%, à 16.563,30 points, et le Nasdaq 2,09%, à 4.369,77 points.

Selon le toujours très attendu rapport mensuel sur l'emploi américain diffusé avant le début de la séance, les Etats-Unis ont continué de créer des emplois en juillet (209.000), mais à un rythme plus faible que ne le prévoyaient les analystes.

Le taux de chômage est de son côté légèrement remonté, à 6,2%.

Certains observateurs considéraient toutefois que ces chiffres un peu décevants étaient de bon augure pour les marchés financiers puisqu'ils "tempèrent les craintes d'une remontée anticipée des taux d'intérêt" par la banque centrale américaine (Fed), a remarqué Patrick O'Hare de Briefing.com.

La politique monétaire ultra-accommodante menée par l'institution, avec des taux d'intérêt directeurs proches de zéro depuis 2008 pour inciter au crédit et stimuler la croissance, a en effet largement participé à la hausse des indices et à l'afflux d'argent dit facile sur le marché des actions notamment.

L'inflation sur un an aux États-Unis a par ailleurs ralenti légèrement en juin après trois mois de progression, s'élevant à 1,6% en juin, selon l'indice des prix associé aux dépenses de consommation (PCE).

Cette mesure de l'inflation très observée par la Fed reste ainsi encore sous l'objectif à moyen terme de la banque centrale qui est de 2%, lui laissant une marge de man?uvre suffisante pour poursuivre sa politique accommodante.

D'autres indicateurs reflétaient une image contrastée de l'économie américaine.

Selon une deuxième estimation de l'indicateur établi par l'Université du Michigan, le moral des ménages a baissé en juillet.

Sur le front de l'immobilier, les dépenses de construction ont reculé de façon inattendue en juin, selon le département du Commerce.

Mais la croissance de l'activité dans le secteur manufacturier a accéléré davantage que prévu en juillet dans le pays, selon l'indice des directeurs d'achat de ce secteur de l'association professionnelle ISM.

Et les revenus et les dépenses des ménages ont augmenté au même rythme soutenu en juin, de 0,4%.

- LinkedIn bondit -

Les courtiers digéraient par ailleurs une salve de résultats d'entreprises mitigés.

Le groupe de produits d'hygiène et cosmétiques Procter & Gamble, qui a augmenté ses bénéfices plus que prévu sur son exercice clos fin juin, en dépit de ventes un peu décevantes, prenait 3,36% à 79,92 dollars.

Le groupe énergétique Chevron a lui fait mieux que prévu au deuxième trimestre, bénéficiant de cessions d'actifs, mais sa production a été affectée par la maintenance de certains puits pétroliers. Son action reculait de 0,65% à 128,40 dollars.

LinkedIn, le réseau social professionnel, bondissait de 11,20% à 200,87 dollars grâce à son chiffre d'affaires plus important qu'attendu.

Le constructeur de voitures électriques Tesla, l'un des chouchous de Wall Street, a pour sa part fait état de bénéfices et d'un chiffre d'affaires supérieurs aux attentes, ravissant les investisseurs (+2,78% à 229,51 dollars).

Les constructeurs automobiles plus traditionnels GM et Ford ont de leur côté enregistré en juillet des ventes mensuelles plus vus depuis le début de la crise financière.

Les ventes de GM (stable à 33,82 dollars) ont ainsi augmenté de 9% sur un an, se hissant à leur plus haut niveau depuis 2007, tandis que celles de Ford (+0,41% à 17,09 dollars) progressaient de 10%, leur meilleur mois de juillet depuis 2006.

Le marché obligataire évoluait sur une note contrastée. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans reculait à 2,547% contre 2,556% jeudi soir, tandis que celui à 30 ans progressait à 3,337% contre 3,311% la veille.

Première publication : 01/08/2014