Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Au gigantesque péage de Saint-Arnoult, délicat week-end de chassé-croisé

AFP

AFP Photo

Trente-neuf voies de péage et plus de 125.000 véhicules par jour ce week-end, contre 80.000 en temps normal: la gigantesque barrière de Saint-Arnoult-en-Yvelines, près de Paris, s'efforce de gérer avec le plus de souplesse possible le chassé-croisé des juillettistes et aoûtiens.

A 50 km au sud-ouest de Paris, cette barrière est la plus importante d'Europe en termes de débit, selon son exploitant, Cofiroute. Pour bien des Franciliens, elle symbolise le départ vers les plages de l'Ouest ou... le début des bouchons du retour sur l'Aquitaine et l'Océane, les autoroutes A10 et A11.

Le week-end, l'un des plus chargés de l'année avec Pâques et la Toussaint, s'annonce noir dès vendredi à Saint-Arnoult, avec un pic à 94.000 véhicules dans le sens des départs et 49.000 dans le sens des retours. Cofiroute attend encore 131.000 véhicules dans les deux sens samedi, 126.000 dimanche.

Comment assurer un passage fluide? Première arme du péage: 14 voies réversibles, qu'un séparateur de trafic amovible - de grosses boules reliées par un câble - permet d'affecter aux départs ou aux retours.

Le nombre des voies ouvertes dans chaque sens est déterminé à l'aide de boucles de comptage dissimulées dans la chaussée autour du péage.

Jusqu'à 33 voies sur 39 peuvent absorber les retours de vacances.

Mais attention: la moindre anicroche à cette machine bien huilée et les files s'allongent.

"On a tous les jours des gens qui arrivent sans moyen de paiement. On leur fait signer une reconnaissance de dette pour payer dans les dix jours, ça ralentit tout le monde", soupire Alain Noël, l'un des superviseurs.

- Les étourdis, les perdus et les disputes -

Sans compter les distraits qui oublient leur carte dans le coffre, ceux qui veulent payer au lieu de prendre un ticket, ceux qui demandent leur chemin à l'interphone ou "les disputes de couple au moment de chercher la carte bleue"...

Mais aussi les étourdis qui se trompent de voie: "Parfois, on voit une espèce de ballet de véhicules qui reculent", sourit Bernard, installé derrière une quarantaine d'écrans au poste central d'exploitation.

"Les conducteurs, pour la plupart, ne sont pas des habitués du réseau autoroutier, n'ont pas utilisé leur voiture depuis un certain temps", souligne-t-il.

Sur la centaine d'employés de la barrière, petite ville qui ne dort jamais, avec ses souterrains et ses centres de contrôle, seule une poignée occupe encore les cabines.

"65% des gens paient par carte. Environ 30% par télépéage et toujours 7% en espèces ou en chèque!", énumère Alain Noël: "Les espèces, c'est le pire pour nous".

Une perte de temps considérable par rapport aux voies équipées d'automates, qui absorbent 200 voitures à l'heure - contre 800 à 1.000 pour une voie de télépéage.

Avec la généralisation des automates mais aussi les RTT, qui permettent aux vacanciers d'échelonner leurs départs, Saint-Arnoult est bien moins embouteillé que dans le passé.

Alain Noël se rappelle une époque - révolue, espère-t-il - où l'on pouvait trouver 20 à 25 km de ralentissements en accordéon autour du péage. Aujourd'hui, "le pire du pire, c'est 400 mètres de queue à l'arrêt devant la barrière", avant les bouchons à l'approche de Paris.

Restent les journées "un peu bâtardes avec 80.000 véhicules dans chaque sens", admet le superviseur: "Et là, il n'y a pas grand chose à faire".

Première publication : 02/08/2014