Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • L’étrange saison des Ukrainiens du Shakhtar Donetsk

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

Economie

Banco Espirito Santo : le déclin d’une dynastie portugaise

© Patricia de Melo Moreira, AFP | Le siège social de Banco Espirito Santo à Lisbonne, au Portugal

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 04/08/2014

Le sauvetage de Banco Espirito Santo est un nouvel épisode de la chute de la maison Espirito Santo, l’une des plus influentes familles portugaises. Son patriarche actuel, Ricardo Salgado, est soupçonné de fraude et de blanchiment d’argent.

C’est bien plus qu’une nouvelle histoire de banque en péril. Au Portugal, le sauvetage d’urgence, dimanche 3 août, de Banco Espirito Santo (BES) est la conséquence la plus fracassante de la chute de la dynastie Espirito Santo, l’une des familles les plus influentes du pays depuis plus d’un siècle.

Si le gouvernement a dû débloquer 4,4 milliards d’euros dans l’affaire, c’est que l’empire financier d’Espirito Santo semble prendre l’eau de toute part. Les soucis de BES proviennent, en effet, de faillites en cascade au sein du château de cartes - devenu château de sable - familial. Trois entités d’Espirito Santo Grupo se sont, tour à tour, retrouvées dans l’incapacité d’honorer leurs dettes entre le 18 juillet et le 23 juillet 2014. Il s’agit d’Espirito Santo International, la holding luxembourgeoise qui chapeaute toutes les activités de cet empire, de Rioforte, qui gère les activités non-financières de la famille, et d’Espirito Santo Financial Group, premier actionnaire de Banco Espirito Santo.

Du comptoir de change à la ferme au Panama

La débâcle financière du géant portugais de la finance est due à une extension mal maîtrisée du domaine des activités du groupe, d’après la chaîne américaine Bloomberg. En 1869, Espirito Santo n’était qu’un comptoir de change créé par José Maria Espirito Santo à Lisbonne. Aujourd’hui, c’est une multinationale présente dans plus de 20 pays qui détient une gigantesque ferme au Panama, des hôtels un peu partout dans le monde et a investi dans divers projets immobiliers. En 2007, le groupe valait plus de trois milliards d’euros. "La famille a fini par ne plus avoir une vision d’ensemble de tout ce qu’elle possédait", affirme Ricardo Cabral, un professeur assistant en économie à l’université de Madère, contacté par Bloomberg.

Cette diversification tous azimuts s’est faite en accumulant les dettes jusqu’au point de non retour. À aucun moment, le groupe n’a voulu ouvrir son capital à des investisseurs étrangers et a toujours privilégié l’endettement. "Soit les actionnaires majoritaires n’ont pas bien compris la situation économique de la banque, soit ils avaient quelque chose à cacher [et ne voulaient pas accueillir de nouveaux investisseurs trop curieux, NDLR]", poursuit Ricardo Cabral.

Disgrâce de Ricardo Salgado

Les Portugais n’ont jamais soupçonné que cette boulimie pouvait se révéler dangereuse. Ricardo Salgado, le PDG de Banco Espirito Santo et arrière petit-fils de José Maria Espirito Santo, était simplement surnommé "le propriétaire de tout" au Portugal. Il était l’une des personnes les plus influentes du pays. Jusqu’à sa disgrâce.

L’arrestation, le 24 juillet, de ce banquier de 70 ans qui a passé plus de 20 ans à la tête de la BES, a apporté une tournure judiciaire hautement médiatique à la saga familiale des Espirito Santo. Il est soupçonné de fraude, de falsification de documents et de blanchiment d’argent. En clair, les enquêteurs vont devoir déterminer si Ricardo Salgado a activement participé à la dissimulation de plusieurs centaines de millions d’euros de dettes.

Et le blanchiment d’argent ? C’est encore une autre histoire. En 2011, les autorités portugaises lancent l’opération "Monte Branco" (Mont Blanc) afin de démanteler le plus vaste réseau de blanchiment d’argent et de fraude fiscale de l’histoire du pays, impliquant plus d’une centaine de personnes, dont plusieurs personnalités politiques. Il s’agissait de comprendre les liens entre plusieurs banques suisses et de riches contribuables portugais. Ricardo Salgado avait été entendu comme simple témoin à l’époque. Entre temps, les enquêteurs semblent avoir mis la main sur de nouveaux éléments indiquant que plus de 200 millions d’euros qui lui appartiendraient seraient allés trouver refuge sous le soleil fiscal helvète. Les soucis de la famille ne sont donc pas encore finis.

Première publication : 04/08/2014

  • ÉCONOMIE

    Le Portugal au chevet de son géant bancaire Banco Espirito Santo

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    En Italie et au Portugal, la grogne monte contre l'austérité

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Portugal : la courbe du chômage s'infléchit pour la première fois depuis 2011

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)