Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

SUR LE NET

Firechat, l'application anti-censure des Hongkongais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'ai toujours su qu'il serait au rendez-vous"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Il faut une réponse globale" contre le terrorisme, dit le Premier ministre malien sur France 24

En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco tient en échec le Zenit (0-0)

    En savoir plus

  • La France renforce son dispositif militaire pour lutter contre l'EI en Irak

    En savoir plus

  • Mondial de basket : les Françaises en quarts contre les Américaines

    En savoir plus

Bruxelles valide le plan d'aide de Lisbonne à Banco Espirito Santo

AFP

Le quartier général de la banque portugaise Banco Esperito Santo à Lisbonne, le 3 août 2014Le quartier général de la banque portugaise Banco Esperito Santo à Lisbonne, le 3 août 2014

Le quartier général de la banque portugaise Banco Esperito Santo à Lisbonne, le 3 août 2014Le quartier général de la banque portugaise Banco Esperito Santo à Lisbonne, le 3 août 2014

La Commission européenne a donné son feu vert dans la nuit de dimanche à lundi au renflouement par l'Etat portugais de la banque en difficulté Espirito Santo (BES), jugeant ce sauvetage conforme aux règles européennes en vigueur.

La solution trouvée "contribuera à rétablir la confiance dans la stabilité du système financier" du Portugal, a estimé la Commission européenne.

Les autorités portugaises ont décidé de scinder la banque en deux entités, afin de permettre de séparer les actifs toxiques des produits sans risque. Elles ont aussi injecté près de 5 milliards d'euros pour mener à bien ce sauvetage.

Cette solution a été approuvée par la Commission qui doit se prononcer sur les aides publiques accordées en Europe en tant gardienne de la concurrence.

"Les mesures notifiées par les autorités portugaises vont permettre la résolution ordonnée de la +structure de défaisance+ ("bad bank") et fournir à la nouvelle banque les moyens nécessaires pour maximiser la valeur des actifs mis en vente" pour rembourser le prêt de l'Etat portugais, souligne l'exécutif européen dans son communiqué.

Le Portugal a appliqué les nouvelles règles européennes concernant les aides publiques au secteur bancaire, révisées en aout 2013, après des années de crise où de nombreux Etats de la zone euro ont dû renflouer massivement leurs banques en difficulté.

En vertu de ces règles, les actionnaires et créanciers non prioritaires sont mis à contribution dans le sauvetage et doivent mettre la main à la poche avant qu'une banque ne puisse solliciter une aide de l'Etat.

Les déposants et les créanciers prioritaires ("senior debt holders") ne sont en revanche pas mis à contribution en vertu de ces règles qui appliquent le principe du "bail-in" ou renflouement interne, par opposition au "bail-out" privilégié pendant la crise et qui faisait appel uniquement à l'argent public, creusant les déficits.

Le principe du "bail-in" sera nettement renforcé à partir de 2016 en vertu d'une directive européenne sur le renflouement des banques. Elle prévoit que si une banque est proche de la faillite, le renflouement interne s'appliquera: les premiers à payer seront les actionnaires et les créditeurs, qui devront couvrir au minimum 8% des pertes de la banque avant que l'on puisse faire appel à des fonds nationaux de résolution, abondés par le secteur bancaire.

Les dépôts seront garantis jusqu'à 100.000 euros. Au-delà de cette somme, les personnes physiques et des petites et moyennes entreprises bénéficieront d'un traitement préférentiel par rapport aux autres créanciers.

Première publication : 04/08/2014