Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

La France devrait manquer ses objectifs budgétaires pour 2014 et 2015, estime Moody's

© AFP/Archives | Le logo de Moody's, l'agence de notation financière qui a estimélundi 4 août 2014 que la France devrait manquer ses objectifs budgétaires en 2014 et 2015Le logo de Moody's, l'agence de notation financière qui a estimélundi 4 août 2014 que la France devrait manquer ses objectifs budgétaires en 2014 et 2015

La France devrait manquer ses objectifs budgétaires pour 2014 et 2015, en raison d'une croissance moindre qu'espéré, a estimé lundi l'agence de notation Moody's Investors Service, qui a abaissé ses propres prévisions pour l'économie du pays.

"Même si le déficit est appelé à conserver une trajectoire baissière, le pays n'apparaît pas en mesure d'atteindre ses objectifs budgétaires en 2014 et 2015", écrit Moody's dans un rapport publié lundi.

La Commission européenne avait également estimé que la France aurait toutes les peines du monde à tenir sa promesse de ramener l'an prochain son déficit public sous les 3% du produit intérieur brut, un objectif fixé à 3,8% en 2014.

Le gouvernement français, qui privilégie les mesures d'économies pour financer des allègements fiscaux visant à relancer la compétitivité, a prévu 18 milliards d'euros d'économies sur les dépenses publiques cette année, et 50 milliards d'euros de 2015 à 2017.

"Dans l'hypothèse où elles seraient pleinement réalisées, ces mesures soutiendraient le profil de crédit de la France", notée "Aa1" avec une perspective négative, soutient l'agence.

Moody's se montre cependant sceptique quant à la capacité du gouvernement à mettre en ?uvre ces réformes, une tâche "d'autant plus ardue dans un contexte de croissance atone".

"Si les nouvelles orientations retenues par le gouvernement français (...) semblent globalement favorables à la compétitivité générale du pays, le risque lié à la mise en oeuvre de ce programme est toutefois significatif du fait de son ampleur sans précédent, des contours encore imprécis d'un grand nombre de mesures, des tensions politiques ambiantes et de la fragilité de la croissance économique", explique-t-elle.

Fin juin, l'Insee avait dit attendre pour 2014 une croissance de 0,7% en France, bien inférieure au chiffre de 1% prévu par le gouvernement.

Moody's a de son côté révisé à la baisse ses propres prévisions pour l'économie française: elle table désormais sur une croissance de 0,6% cette année et de 1,3% en 2015, contre respectivement 1,0% et 1,5% précédemment.