Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Hollande pointe à son tour un risque de déflation en Europe

Le président François Hollande pointe un "vrai risque déflationniste en Europe", dans des propos tenus au Monde dimanche et publiés lundi par ce quotidien.

"Il y a un vrai risque déflationniste en Europe: en France, l'inflation n'a jamais été aussi basse", déclare le chef de l'Etat.

"Or, si une faible croissance pèse sur les rentrées fiscales, une faible inflation a également des conséquences budgétaires négatives sur les recettes comme sur la dette.Beaucoup va dépendre du niveau de l'euro qui a baissé ces derniers jours mais encore trop peu. La Bundesbank est consciente du problème, comme le montre son souhait de voir les salaires augmenter en Allemagne de 3 %. Quant à la Banque centrale européenne, elle doit prendre toutes les mesures nécessaires pour injecter des liquidités dans l'économie. Je sais qu'elle y réfléchit", poursuit François Hollande.

Son Premier ministre Manuel Valls s'était lui aussi inquiété vendredi, à la sortie d'un séminaire gouvernemental à l'Elysée, d'un "risque de déflation réel" car "au niveau européen, la croissance et l'inflation sont en retrait par rapport à ce que nous pouvions attendre".

François Hollande déclare aussi qu'il attend de l'Allemagne "un soutien plus ferme à la croissance". "Ses excédents commerciaux et sa situation financière lui permettent d'investir davantage. C'est le meilleur service que l'Allemagne peut rendre à la France et à l'Europe".

M. Hollande souhaite par ailleurs que Berlin s'engage plus fortement à l'international. "La France a toutes les raisons de souhaiter une Allemagne plus présente sur la scène mondiale", dit-il au Monde. "Nous n'avons pas vocation à agir seuls. Je suis favorable à un partage de la responsabilité sur le plan politique, militaire et budgétaire".