Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Le groupe Altia, propriétaire de Caddie, placé en redressement judiciaire

AFP

Un employé travaille le 5 mars 2012 sur les chariots de supermarchés

Un employé travaille le 5 mars 2012 sur les chariots de supermarchés "caddies", propriété du groupe AltiaUn employé travaille le 5 mars 2012 sur les chariots de supermarchés "caddies", propriété du groupe Altia

Le groupe Altia, propriétaire de Caddie et de 47 autres entreprises, a été placé vendredi en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, à sa propre demande, a confirmé lundi son directeur général Michel Rességuier.

"Nous avons conduit des travaux pour comprendre la situation de chaque entité, et nous avons dû nous rendre à l'évidence, nous devions les placer sous la protection du tribunal", a déclaré à l'AFP Michel Rességuier, arrivé à la tête d'Altia Industry en juin.

La quasi-totalité des entreprises du groupe sont concernées par la procédure, à l'exception de deux d'entre elles: Normatec, un sous-traitant de pièces métalliques pour l'aéronautique, et la Holding Altia Finances.

Trois sites situés dans l'Ouest ont par ailleurs été placés en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce d'Angers, avec poursuite d'activité jusqu'au 30 septembre. Il s'agit d'Altia Metal & Plastic Development (34 salariés) et Altia Angers (74 salariés), tous deux situés à Ecouflant, près d'Angers, et d'un site de 48 salariés à Chasseneuil-du-Poitou, dans la Vienne.

"Ces filiales ont été rachetées par Altia alors qu'elles étaient en plan de continuation d'activité. En cas de nouveau problème de trésorerie, elles sont donc mises en liquidation avec poursuite d'activité. Mais ce sont des sites soutenus par nos clients, elles ont une vraie pertinence pour nos clients", explique Michel Rességuier.

Trois autres entreprises, jugées les plus vulnérables, ont été mises en redressement judiciaire avec une période d'observation d'un mois, jusqu'à fin août. Il s'agit du site du Mans qui emploie 142 personnes, d'un site de Montreuil-Bellay (74 salariés) et du site de Montoire (24 salariés).

"Cette division est assez dépendante de la division emboutissage (travail du métal pour lui donner une forme, ndlr), qui était très déficitaire", précise M. Rességuier.

La banque publique Bpifrance, actionnaire à 20% d'Altia, avait donné son accord fin mai pour un refinancement du groupe en difficulté, qui emploie en tout environ 3.000 personnes.

Première publication : 04/08/2014