Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

DÉBAT

L'Allemagne à la rescousse du budget français ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Drame du "cercueil volant" en Côte d'Ivoire et un riche couple sauve des migrants en mer

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Traité transatlantique : les consommateurs lésés ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Vidéo : à Rafah, "des familles entières sont décimées"

© Matthieu Mabin, France 24 | Walid Abu Dobaa pleure la mort de son frère touché par des frappes israéliennes

Vidéo par Matthieu MABIN

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/08/2014

Rafah, dans la bande de Gaza, est depuis vendredi la cible de frappes israéliennes intenses qui ont fait au moins dix victimes pour la seule journée de dimanche. La mort fait désormais partie du quotidien de la population. Reportage.

D’ordinaire à Gaza, la tradition n’autorise pas un homme à pleurer en public. Mais pour Walid Abu Dobaa, professeur de français à Rafah, la douleur est trop grande en ce jour de deuil. "Mon frère a été tué par des missiles alors qu’il tentait de protéger un blessé. Il n’a même pas essayé de rentrer en résistance", s’indigne le jeune homme auprès de France 24, partagé entre la colère et le désarroi.

La ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, est soumise depuis vendredi 1er août à un déluge de feu quand la mort de trois soldats israéliens a fait voler en éclats le seul cessez-le-feu accepté à la fois par Israël et par le Hamas. Dans cette ville, environ 200 Palestiniens ont péri sous les bombes. La seule journée de dimanche a vu au moins dix personnes réfugiées dans une école de l’ONU périr sous les bombardements. "Les gens ne s’imaginent pas ce qu’il se passe ici", poursuit-il. Des familles entières sont décimées, c’est fou !".

Au cimetière de Gaza, Walid accompagne le corps de son frère vers sa dernière demeure, entouré des siens. L’homme qui conduit la prière implore la miséricorde d’Allah et la vengeance à l’égard d’Israël. La tombe à peine scellée, les hommes se dispersent. "Partons d’ici, ils peuvent nous tirer dessus !" lance l’un d’entre eux. À Gaza, même les cimetières ne semblent plus être des lieux sûrs.

Non loin de là, à la clinique du quartier, les corps sans vie s’accumulent et les blessés affluent sans discontinuer. Certains patients sont très jeunes, comme Saja Mustafa Zorob, âgé de 9 ans. Allongé sur son lit, des plaies sur le visage, la tête entourée de bandages, le petit garçon ignore tout de ce qu’il lui est arrivé. Les médecins n’ont pas encore osé lui dire que la frappe israélienne qui a touché sa maison a également tué toute sa famille. "Nous dormions dans la chambre de ma tante, avec tout le monde, mes deux oncles, ma grand-mère et ma mère, raconte le garçon. Je me suis soudainement réveillé et j’étais dans l’ambulance."

Des scènes tragiques qui font désormais partie du quotidien des Palestiniens depuis le début de l’opération Bordure protectrice menée par l’État hébreu. L'armée israélienne observe ce lundi une trêve unilatérale de sept heures dans la bande de Gaza. De quoi offrir un peu de répit aux habitants de Rafah.

Première publication : 04/08/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Gaza : Israël observe une fragile trêve humanitaire

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Gaza : frappe meurtrière sur une école, un "acte criminel" selon l'ONU

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Gaza : à Tel-Aviv, des centaines de manifestants protestent contre la guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)