Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Seiji Ozawa: "je vais essayer au maximum de m'empêcher de mourir"

© AFP/Archives | Le chef d'orchestre japonais Seiji Ozawa à Tokyo, le 29 mai 2014Le chef d'orchestre japonais Seiji Ozawa à Tokyo, le 29 mai 2014

"Les gens pensent que je ne suis pas loin de la mort mais je vais essayer au maximum de m'empêcher de mourir": vainqueur d'un cancer, le chef d'orchestre japonais Seiji Ozawa a encore montré lundi qu'à 78 ans il était encore au pupitre.

Le maestro est apparu lundi à Tokyo au club de la presse étrangère, vêtu de noir comme à son habitude, et plein d'énergie et d'humour, au moment notamment de commenter le changement de nom dès l'an prochain du festival musical qu'il a créé au Japon il y a 22 ans.

Le festival Saito Kinen de Matsumoto (centre du Japon) s'appellera désormais le festival Seiji Ozawa.

"Je vais travailler dur, et c'est tout ce que je vais faire", a déclaré le chef d'orchestre.

En janvier 2010, Ozawa avait annoncé qu'il allait subir un traitement contre un cancer de l'oesophage, le contraignant à annuler toutes ses représentations pendant six mois.

Ancien assistant des grands Herbert von Karajan et Leonard Bernstein, Ozawa a dirigé les orchestres de Toronto et de San Francisco dans sa jeunesse, avant de succéder en 1973 et pour 29 ans au Français Charles Münch à la tête de l'Orchestre symphonique de Boston. Il a également dirigé l'Opéra de Vienne de 2002 à 2010.

En juillet 2013, il avait donné son premier grand concert à Tokyo marquant son retour, devant une salle comble et aux anges. Dans la salle cathédrale du Tokyo Opera City, il avait dirigé une formation de 25 jeunes musiciens de son Académie internationale de musique de chambre qui avaient interprété les 1er, 3e et 4e mouvements de la Sérénade pour cordes de Tchaïkovski.

Lundi, Ozawa a rappelé une autre occasion où, a-t-il dit en plaisantant, il avait eu l'impression qu'on l'enterrait avant l'heure: lorsqu'en 1994 le Boston Symphony Orchestra avait décidé de donner son nom à une nouvelle salle de concert de 1.200 places.

"Je leur ai dit que ça me faisait penser à une pierre tombale avec épitaphe". Le Boston a profité d'une tournée mondiale de son chef pour baptiser la salle quand même... et finalement Ozawa a dit s'y être habitué au bout de quelques années.

"Le fait que des gens comme moi qui ont connu le cancer, le bistouri, puissent parler librement de la mort, signifie que j'en suis revenu".

Lors d'un entretien exclusif avec l'AFP en avril 2013, le maestro parlait déjà de la mort, et de son peu d'empressement à trépasser, ayant survécu à son cancer.

C'est Dieu - lequel, il ne sait pas - qui, disait-il, lui a accordé ce supplément de vie. "Je ne suis pas religieux. Mon père est bouddhiste, ma mère était chrétienne. Il doit y avoir quelqu'un là-haut". Un grand chef d'orchestre? Sourire.

"Je vais en tout cas en faire bon usage, de ce temps", avait-il promis.