Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacob Desvarieux, l'ambassadeur international du Zouk!

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Un Français enlevé en Algérie, le Quai d'Orsay n'écarte "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

    En savoir plus

Thaïlande: "je ne l'abandonnerai jamais", promet la mère porteuse du bébé abandonné

AFP

Pattaramon Chanbua et son fils Gammy posent dans un hôpital de la région de Chonburi, le 4 août 2014Pattaramon Chanbua et son fils Gammy posent dans un hôpital de la région de Chonburi, le 4 août 2014

Pattaramon Chanbua et son fils Gammy posent dans un hôpital de la région de Chonburi, le 4 août 2014Pattaramon Chanbua et son fils Gammy posent dans un hôpital de la région de Chonburi, le 4 août 2014

Une Thaïlandaise qui assure qu'un couple d'Australiens lui a laissé un bébé trisomique qu'elle aurait porté pour eux a promis lundi qu'elle n'abandonnerait "jamais" le garçon malade dont l'histoire a suscité un débat éthique et une cascade de dons.

Pattaramon Chanbua et Gammy, sept mois, sont au centre d'une controverse liée à la gestation pour autrui après des articles de la presse racontant que le couple ayant engagé la mère porteuse serait reparti en Australie avec la jumelle bien portante du garçon qu'ils auraient abandonné derrière eux.

La jeune Thaïlandaise de 21 ans, déjà mère de deux enfants, a assuré lundi qu'elle élèverait l'enfant, qui souffre également d'une infection pulmonaire et d'un problème cardiaque et qui est hospitalisé depuis quelques jours dans la province de Chonburi, au sud de Bangkok.

"Je suis contente que dans cette malheureuse situation il y ait une bénédiction: nous sommes ensemble" a-t-elle déclaré à l'AFP, au chevet de Gammy. "Je l'aime énormément, je ne l'abandonnerai jamais".

"Je n'ai jamais pensé à avorter. Je n'ai jamais pensé à l'abandonner, je l'aime comme mon propre bébé (...). C'est mon bébé", a encore martelé la jeune mère de famille.

"Gammy va mieux, petit à petit", a-t-elle ajouté, assurant que les plus de 150.000 euros de dons venus du monde entier grâce à une collecte de fonds sur internet serviraient à ses soins et à son éducation.

De nombreux couples étrangers, notamment australiens, viennent en Thaïlande pour utiliser les services de cliniques de fécondation in-vitro et des mères porteuses, malgré un certain flou juridique.

Alors que le recours à une mère porteuse dans le cadre d'un échange financier n'est pas autorisé en Australie, des centaines de couples de ce pays se rendent chaque année à l'étranger pour trouver des mères porteuses, selon l'organisation Surrogacy Australia.

- Avortement illégal -

Et cette affaire a entraîné un débat animé sur les questions morales et légales entourant la gestation pour autrui dans un autre pays.

"Evidemment, beaucoup d'Australiens attendent désespérément de devenir parents. Mais je pense que cela ne peut pas justifier ce que nous avons vu ici", a commenté lundi le ministre australien de l'Immigration Scott Morrison à la radio.

"C'est terrible, absolument horrible et déchirant (...). Mais je dois vous dire qui est un véritable héros dans tout ça, et c'est la mère thaïlandaise. C'est une sainte", a-t-il ajouté.

Tous les détails de l'histoire ne sont toutefois pas totalement clairs, et le couple australien n'a pour l'instant pas raconté sa version des faits.

Pattaramon a expliqué avoir accepté en échange de plus de 10.000 euros de porter l'enfant, résultat de la fécondation d'un ovule d'une donneuse thaïlandaise fécondé par l'homme australien.

Une agence, dont elle a refusé de donner le nom pour des raisons légales, aurait servi d'intermédiaire entre elle et le couple.

Après que les tests ont révélé la trisomie 21 du garçon, cette agence lui a dit que les parents voulaient qu'elle avorte, a-t-elle expliqué. Mais elle a refusé.

L'avortement est illégal en Thaïlande, sauf en cas de danger pour la santé de la mère ou en cas de viol, et va également à l'encontre des croyances d'un royaume très majoritairement bouddhiste.

"L'agent a dit que le couple paierait pour l'avortement (...). Mais nous sommes dans un pays bouddhiste, ils ne comprennent pas. Si j'avais avorté, j'aurais été arrêtée, parce que c'est comme tuer quelqu'un", a-t-elle ajouté, soulignant que cette affaire avait émoussé sa confiance envers l'agence et le couple d'Australien.

Sur la page "Hope for Gammy" d'un site internet ayant organisé la collecte de fonds sur internet, les témoignages de sympathie pour la mère porteuse et le bébé malade se sont multipliés.

"J'ai beaucoup pleuré en lisant l'histoire de Gammy", écrivait ainsi un internaute.

Première publication : 04/08/2014