Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Afrique

Vidéo : au Liberia, des victimes d'Ebola ramassées en pleine rue

© FRANCE 24 | La zone entourant une victime d'Ebola est méticuleusement désinfectée

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/08/2014

Au Liberia, de nombreux malades atteints par le virus Ebola préfèrent rester chez eux plutôt que de se rendre dans les centres de soin. Un comportement dangereux qui complique la tâche des équipes sanitaires.

C’est la troisième fois aujourd’hui. Une femme âgée s’est effondrée en pleine rue à Monrovia, la capitale libérienne. Sa dépouille, gisant au pied d’un arbre, est recouverte d’un simple drap jaune. Personne n’a touché le corps. A-t-elle été foudroyée par Ebola ? Difficile à dire. Seuls des tests sanguins permettront d’identifier les causes de sa mort.

Prévenues, les équipes sanitaires "urgence Ebola" arrivent au plus vite. Elles ne veulent prendre aucun risque : un mort atteint par le virus de la fièvre hémorragique est encore hautement contagieux. La zone est immédiatement désinfectée et le corps soigneusement emballé puis emporté.

>> À lire sur France 24 : "Une personne traitée rapidement peut guérir d'Ebola"

Pour les autorités, cette nouvelle mort en pleine rue illustre la défiance de la population à l’égard des hôpitaux libériens. De nombreuses victimes ne font pas confiance aux équipes de soins spécialisées. Elles préfèrent taire leur maladie au risque de contaminer leurs proches. Un comportement qui complique la canalisation de l'épidémie, plus de 250 victimes ont été recensées au Liberia, selon l’OMS.

"Si quelqu'un meurt autour de vous, la première chose à faire c'est d'appeler le ministère de la Santé car il forme des gens pour ramasser les corps dans les rues", explique à la population Peter Varprall, membre de l’équipe "urgence Ebola". Une fois contacté, le ministère envoie une équipe d'intervention d'urgence pour ramasser les corps et préserver la vie des autres. "Il faut agir vite. Un enterrement méticuleux mais rapide est crucial", ajoute-t-il.

Autour du corps sans vie, la population semble sous le choc, autant apeurée par la dépouille que par ses hommes entièrement vêtus de blanc dont on ne voit plus un seul bout de peau. "Les gens n’ont jamais vu ça. C’est la première fois qu’ils voient [des gens s’effondrer en pleine rue], raconte un passant, il faut que le gouvernement nous rassure." Une tâche compliquée pour l’État libérien qui n’arrive toujours pas à endiguer l’épidémie. Près de 900 morts ont été recensés dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest depuis sa réapparition sur le continent au mois de février.

Première publication : 05/08/2014

  • ÉPIDÉMIE

    Ebola : la Banque mondiale promet 200 millions de dollars d'aide

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Ebola : le bilan atteint 887 morts, selon l'OMS

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)