Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Economie

Vie privée : 25 000 internautes attaquent Facebook en justice

© Europe-v-Facebook | Une application pour rejoindre l'action collective contre Facebook a été créée.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/08/2014

À l’initiative d’un étudiant autrichien, 25 000 internautes du monde entier ont décidé de se joindre, mercredi, à une action collective contre Facebook, accusé de violer les règles européennes de protection de la vie privée.

En quatre jours, il a déjà réussi à embarquer près de 25 000 internautes dans sa croisade judiciaire contre Facebook. L’Autrichien Max Schrems a annoncé, mercredi 6 août, que son recours collectif contre le géant américain des réseaux sociaux pour violation des règles sur la protection de la vie privée avait dépassé "ses attentes les plus optimistes".

Face à cet afflux, le jeune homme de 27 ans a décidé de limiter à 25 000 le nombre de personnes qui peuvent rejoindre son action devant les tribunaux autrichiens. "On devrait atteindre ce plafond mercredi après-midi", affirme-t-il à FRANCE 24. En moyenne, plus de 7 000 nouvelles personnes se sont inscrites chaque jour sur le site FBclaim pour participer à cette action collective depuis que Max Schrems a déposé sa plainte jeudi dernier.

Des centaines de Français dans le même bateau

Près de la moitié viennent d’Allemagne et d’Autriche. L’Hexagone aussi est représenté, avec 756 Français qui ont sauté dans le train de cette action collective sans précédent en Europe. En tout, la plainte est soutenue par des ressortissants d’une centaine de pays. Seuls les Américains et Canadiens ne peuvent pas en faire partie car ils sont liés à Facebook USA et non pas à Facebook Ireland, dans le collimateur de Max Schrems.

Tout ce beau monde reproche à Facebook de multiples violations des règles européennes de protection de la vie privée. Le réseau social est ainsi mis en cause pour son habitude de suivre à la trace les sites qu’un utilisateur visite, leur politique de rétention des données collectées et même sa supposée collaboration avec la NSA.

Max Schrems vise donc large. Pour autant son but n’est pas de saigner Facebook financièrement et d’empocher un gros pactole au passage. Il ne réclame que 500 euros de dommages et intérêts par co-plaignant. Au maximum, le réseau social américain devrait donc débourser 12,5 millions d’euros s'il est condamné, une bagatelle pour le groupe californien. Pour l’étudiant en droit autrichien, cette action en justice est une question de principes : il y voit un moyen de faire pression sur Facebook pour que le réseau social modifie ses pratiques.

En 2011 déjà…

Pour Max Schrems, cette plainte est un nouvel épisode de la longue bataille judiciaire qu'il livre contre Facebook. En 2011, il avait déposé 22 plaintes contre le réseau social en Irlande. Il lui reprochait, entre autre, de conserver la trace de tous les "Pokes" envoyés à des connaissances, de garder en mémoire la liste des "amis" même après qu'ils ont été effacés par l'utilisateur ou encore de mettre en place un vaste réseau de collecte des données personnelles grâce aux boutons "Like" présents sur, peu ou prou, tous les sites du Web.

Max Schrems est aussi le premier à avoir demandé et obtenu l’intégralité des données que Facebook détenait sur lui. Il s’est ainsi retrouvé, en 2011, avec un pavé impressionnant de 1 200 pages. "Il y a là dedans des informations que je n’ai jamais volontairement partagées avec Facebook, ou que j’avais effacées et qui ne devraient donc plus s’y trouver. Des agences comme la CIA ou l’ex-KGB n’ont jamais eu 1 200 pages d’informations personnelles sur autant de personnes", expliquait-il en 2011 à FRANCE 24.

Max Schrems aurait-il développé une obsession à l’égard de Facebook et ses pratiques ? Il s’en défend. "J’aurais pu faire pareil avec Google ou n’importe quel autre géant de l’Internet", assure-t-il. Son véritable objectif, à travers Facebook, est "de vérifier si les règles de protection de la vie privée en Europe sont réellement efficaces ou si elles ont été rédigées pour se donner bonne conscience, sans nous protéger réellement".

Première publication : 06/08/2014

  • ÉTATS-UNIS

    Des utilisateurs de Facebook cobayes malgré eux

    En savoir plus

  • INTERNET

    Mark Zuckerberg convoqué devant la justice iranienne

    En savoir plus

  • INTERNET

    Dix ans de Facebook : je te "like", moi non plus

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)