Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : un mois après le début des manifestations la France suspend sa coopération sécuritaire

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Le prélèvement à la source : une fausse bonne idée?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Dominique A, artiste exigeant

En savoir plus

FOCUS

Népal : difficile retour sur les bancs de l'école, un mois après le séisme

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jeannette Bougrab : "Ma mère a réussi à briser cette malédiction de naître femme"

En savoir plus

#ActuElles

Les Méditerranéennes en mouvement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Nigeria : accord des distributeurs de carburant sur la fin de la grève

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi : "Tout va très bien Madame la Marquise"

En savoir plus

DÉBAT

Burundi : l'impossible dialogue entre pouvoir et opposition? (partie 2)

En savoir plus

Asie - pacifique

Prison à perpétuité pour les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges

© Tang Chhin Sothy, AFP | Des journalistes suivent l'annonce du verdict sur des téléviseurs, jeudi 7 août.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/08/2014

Les deux plus hauts responsables du "Kampuchéa démocratique" encore vivants, Nuon Chea et Khieu Samphan, ont été condamnés jeudi à la réclusion à perpétuité pour crimes contre l'humanité au cours du régime khmer rouge (1975-1979).

Ils ont écopé de la prison à perpétuité. Jeudi 7 août, les deux plus hauts responsables khmers rouges encore vivants, l'idéologue du régime Nuon Chea, 88 ans, et le chef de l'État du "Kampuchéa démocratique" Khieu Samphan, 83 ans, ont été reconnus "coupables de crimes contre l’humanité, d’extermination, de persécution politique, et d’autres actes inhumains", dont les déplacements forcés de population et les disparitions forcées. Peu après le verdict, leurs avocats ont décidé qu'ils allaient faire appel mais compte tenu "de la gravité des crimes", le tribunal de Phnom Penh, parrainé par l'ONU, a décidé qu’ils resteraient en détention. 

Arrêtés en 2007, les deux octogénaires comparaissaient depuis 2011 pour leurs responsabilités dans les atrocités commises entre 1975 et 1979, au nom d'une utopie marxiste délirante, visant à créer une société agraire, sans monnaie ni citadins. Ils ont nié toutes les accusations retenues contre eux, assurant n'être pas responsables des atrocités du régime. À l'issue de deux années d'audiences, l'accusation avait requis en octobre l'emprisonnement à vie contre les deux accusés, soit la peine maximale prévue par le tribunal, qui a exclu dès sa création la peine de mort.

"La perpétuité, c'est à la fois beaucoup et aussi très peu"

Autre procès, pour génocide

S’ils vont finir leur vie en prison, les deux khmers rouges n’en ont pas pour autant fini avec la justice. La procédure judiciaire, complexe, avait été découpée en deux pour tenter d’obtenir au moins un verdict avant leur mort. Le jugement de jeudi concerne le premier "mini-procès" qui s'est concentré sur les crimes contre l'humanité, liés à l'une des plus grandes migrations forcées de l'Histoire moderne. Leur second procès, cette fois pour génocide - contre les Vietnamiens et la minorité musulmane des Chams -, les mariages forcés et les viols commis dans ce cadre, ainsi que les crimes commis dans plusieurs camps de travail et prisons, dont le sinistre centre de torture S-21, s'est ouvert le 30 juillet. 

Au total, quelque deux millions de personnes sont mortes d'épuisement, de maladie, sous la torture ou au gré des exécutions sous le régime de Pol Pot, décédé en 1998 sans avoir été jugé.

Avec AFP

Première publication : 07/08/2014

  • CAMBODGE

    Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    L'ex-chef de la diplomatie des Khmers rouges décède avant la fin de son procès

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    L'ancien Khmer rouge Douch écope de la perpétuité en appel

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)