Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

  • En direct : Hollande annonce des frappes aériennes en Irak dans un délai "court"

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

Moyen-Orient

Les États-Unis bombardent des positions de l'EIIL en Irak

© Joshua Card, AFP | Un chasseur bombardier F/A 18

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/08/2014

Le Pentagone a annoncé vendredi que l'armée américaine avait procédé aux premiers bombardements contre les forces de l'État islamique en Irak et au Levant. Barack Obama a fait savoir qu’il n’avait pas fixé d’échéance pour la fin des frappes.

Au lendemain de l’annonce de Barack Obama de frapper des positions d'artillerie de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL), les premiers bombardements américains se sont abattus vendredi 8 août sur le pays.

WASHINGTON LARGUE DES VIVRES AUX CIVILS IRAKIENS DU NORD

Washington a de nouveau nouveau largué des vivres et de l'eau à destination des populations menacées par l'avancée des djihadistes dans le nord de l'Irak, a annoncé le Pentagone vendredi soir.

Trois avions cargo escortés par deux chasseurs F/A-18s ont largué les cargaisons pour "les milliers d'Irakiens menacés par [les djihadistes] sur le Mont Sinjar", a précisé le ministère américain de la Défense. L'armée américaine avait une première fois fait parvenir des vivres aux Irakiens dans la nuit de jeudi à vendredi, avant de déclencher des frappes contre les positions de l'EIIL.

"Des avions militaires américains lancent des frappes contre l'artillerie de l'État islamique. L'artillerie a été utilisée contre des forces kurdes qui défendent Erbil, près de personnels américains", a déclaré l'amiral John Kirby, porte-parole du Pentagone sur Twitter. "La décision de frapper a été prise par le centre de commandement américain avec l'autorisation du commandant en chef Barack Obama", a-t-il encore indiqué.

L'amiral Kirby a précisé peu après que vers 10h45 GMT, deux chasseurs bombardiers F/A 18 avaient largué des bombes de 250 kilos guidées par laser sur une pièce d'artillerie mobile près d'Erbil.

Pas d’échéance à l’intervention américaine

Le président américain n'a pas fixé d'échéance à cette opération militaire, a indiqué dans la journée la Maison Blanche. "Le président n'a pas fixé de date spécifique de fin", a déclaré Josh Earnest, porte-parole de l'exécutif américain, précisant qu'"un conflit militaire prolongé impliquant les États-Unis" était exclu et réaffirmant que l'envoi de troupes au sol était catégoriquement écarté.

Interrogé sur les raisons qui avaient poussé Barack Obama à intervenir en Irak alors qu'il avait finalement décidé de ne pas le faire en Syrie, Josh Earnest a estimé que les deux situations étaient sensiblement différentes.

Il a souligné que l'armée américaine avait répondu à la demande du gouvernement irakien. "C'est d'une différence de taille", a-t-il dit. "La deuxième chose est que l'armée américaine et le renseignement américain ont une bonne visibilité de la situation sur le terrain en Irak", a-t-il poursuivi.

Les djihadistes prêts à attaquer Bagdad

Le puissant dirigeant chiite Moqtada al-Sadr a, de son côté, affirmé vendredi que les djihadistes étaient sur le point d'attaquer la capitale irakienne. "Il y a des groupes terroristes qui ont terminé leurs préparations pour un assaut sur Bagdad", a-t-il assuré dans un communiqué. "Nous sommes prêts à défendre la ville, à fournir des renforts aux forces de sécurité et à œuvrer en coordination avec les autorités pour faire face à n'importe quel scénario", a-t-il promis.

Jeudi 7 août, les combattants de l'EIIL avaient pris Qaraqosh, la plus grande ville chrétienne d'Irak, et s'étaient emparés du plus grand barrage du pays, à Mossoul, cité qu'ils contrôlent depuis le 10 juin.

Depuis dimanche, leur avancée dans le nord du pays a fait fuir des dizaines de milliers de personnes, ce qui a conduit le président américain Barack Obama à autoriser jeudi soir des frappes aériennes pour éviter un "génocide". Le président américain a accusé l'EIIL de viser "la destruction systématique de la totalité [...] du peuple (yazidi), ce qui constituerait un génocide". Il a, en outre, prévenu les djihadistes qu'ils seraient visés par d'éventuelles frappes aériennes s'ils tentaient de marcher sur Erbil.

Deux ans et demi après le départ du dernier soldat américain d'Irak, l'armée de l'air américaine avait parachuté ces derniers jours des vivres et de l'eau aux civils piégés dans les montagnes.

Avec AFP

Première publication : 08/08/2014

  • TERRORISME

    Irak : Obama autorise des frappes aériennes contre les djihadistes de l'EIIL

    En savoir plus

  • IRAK

    Exode des chrétiens d'Irak : "Ceux qui ont fui n’ont que leurs pieds"

    En savoir plus

  • IRAK

    Paris prêt à soutenir les forces engagées contre les djihadistes de l'EIIL en Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)