Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Exclusif : Marzouki met en garde les Tunisiens contre la "tentation extrémiste"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Essebsi : "Ennahda a organisé la campagne de Marzouki"

En savoir plus

REPORTERS

France : le FN à l’épreuve du terrain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean-Christophe Moreau, co-auteur de "Islamophobie : la contre-enquête"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Charlotte Gainsbourg : "Je n'aurais pas pu être autre chose qu’actrice"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Liban : Beyrouth, entre souvenir et amnésie

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Hollande à Florange : un retour sous tension

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Jihadistes français : les proches sous le choc

En savoir plus

EUROPE

Dafalgan codéiné : une des Françaises retenues en Géorgie libérée

© Thomas Bregardis, AFP | Une pharmacie au Centre hospitalier universitaire de Rennes

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/08/2014

Une des deux Françaises arrêtées en Géorgie pour possession de Dafalgan codéiné - médicament interdit dans cette République du Caucase - a pu quitter le pays, jeudi soir, après son procès. La seconde attend toujours son procès.

"Le cauchemar est terminé", a déclaré, vendredi 8 août, depuis la Turquie, Arzu Bilici, une des deux Françaises arrêtées en Géorgie pour possession de Dafalgan codéiné, un antalgique  prohibé dans le pays.

En vacances dans cette république du Caucase, Mme Bilici et son amie, Hatice Kaynar, avaient été interpellées le 30 juillet à la frontière entre la Géorgie et la Turquie, puis libérées en attendant leur procès pour "détention de stupéfiants". La mère de famille de 41 ans n'imaginait pas passer devant la justice pour avoir glissé dans son sac quelques comprimés de Dafalgan codéiné. Après son procès, elle a dû laisser son accolyte en Géorgie dans l'attente de sa comparution : "C'était très dur de la quitter [jeudi soir, NDLR]. Ça a été des larmes pour elle comme pour moi", a-t-elle déclaré l'AFP.

Avant d'être autorisée à quitter le pays, la Française a été contrainte de payer une amende de 2 500 euros car le Dafalgan codéiné, un médicament antidouleur, est considéré comme un produit stupéfiant en Géorgie . Elle s'est également vu notifier l'interdiction d'y conduire pendant cinq ans, mais "c'est la première et la dernière fois que je viens dans ce pays", a-t-elle affirmé. Elle compte passer encore dix jours de vacances avec sa famille en Turquie avant de rentrer en France.

Sur son site internet, le ministère des Affaires étrangères avertit que "certains médicaments délivrés sur ordonnance en Europe ne sont pas autorisés à l'importation en Géorgie", notamment les opaciés comme la codéine. Le ministère recommande donc aux voyageurs, sous traitement médical de vérifier auprès de l'ambassade de Géorgie en France que les médicaments qu'ils comptent emporter sont autorisés dans le pays.

Avec AFP

Première publication : 08/08/2014

  • GÉORGIE

    Deux Françaises retenues en Géorgie pour possession illégale de Dafalgan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)