Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-Orient

Gaza : pourquoi le Hamas a refusé de prolonger le cessez-le-feu ?

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/08/2014

Dès le début de l’opération "Bordure protectrice", le Hamas avait prévenu qu’il n'accepterait une trêve durable avec Israël que si l’État hébreu acceptait de lever le blocus de l’enclave palestinienne et de libérer des prisonniers.

Pas de cessez-le-feu sans condition : la ligne de conduite du Hamas a toujours été claire. Dès le début de l’opération israélienne "Bordure protectrice", lancée le 8 juillet, le mouvement palestinien a listé ses revendications pour signer une trêve durable avec l’État hébreu.

>> À lire sur FRANCE 24 : "Des exigences inconciliables entre Israéliens et Palestiniens"

Pour cesser les combats avec son ennemi de toujours, le mouvement palestinien exige donc :

• La levée complète du blocus de Gaza. Il est notamment question de l'ouverture des points de passage aux frontières, soit celui d'Erez, au Nord, d’où transite l'aide internationale et humanitaire, et celui de Kerem Shalom au Sud, qui concerne les marchandises.

• L’ouverture du poste-frontière de Rafah, qui dépend du bon vouloir de l’Égypte. Celui-ci est fermé depuis 2013. Et l'arrivée au pouvoir du maréchal Abdel Fattah al-Sissi, résolument hostile au Hamas, n'a pas amélioré la situation.

• "La libération des prisonniers réarrêtés" qui avaient été relâchés dans le cadre de l’accord d’échange avec le soldat israélien Gilad Shalit en 2011.

• La liberté de mouvement pour les Gazaouis à la frontière avec Israël.

• L’autorisation de pêcher jusqu’à 12 milles marins des côtes de Gaza (l'élargissement de la zone de pêche a été fixé à 20 milles marins par les accords d'Oslo en 1993, mais est limité à 3 aujourd’hui).

• La construction à Gaza d'un port et d'un aéroport

"Israël n'a rien proposé"

Or l'État hébreu refuse d'accéder à ces exigences. "Israël n'a rien proposé", a déploré une délégation du Hamas, vendredi 8 juillet, au Caire. L’État hébreu n’a qu’un seul impératif : sécuriser son territoire. Le pays exige donc le désarmement total du Hamas et des autres groupes armés (dont le Djihad islamique) comme préalable à toute discussion. "Pour Israël, la question la plus importante est celle de la démilitarisation. Nous devons empêcher le Hamas de se réarmer, nous devons démilitariser la bande de Gaza", avait déclaré Mark Regev, porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahou, la semaine dernière.

Israéliens et Palestiniens semblent donc dans une impasse diplomatique. Mais sous la pression de la communauté internationale, et au regard du terrible bilan humain engendré par "Bordure protectrice", les négociations se poursuivent.

"Bordure protectrice" déclenchée par Israël pour faire cesser les tirs de roquettes contre son territoire et détruire le réseau de tunnels, servant au Hamas à s'infiltrer en Israël, a tué 1 890 Palestiniens, dont 430 enfants et adolescents, selon le ministère palestinien de la Santé. Selon l'Unicef, 73% des victimes sont des civils.

Première publication : 08/08/2014

  • PROCHE-ORIENT

    Gaza : premiers tirs de roquettes après la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Vidéo : reportage dans les ruines de Beit Hanoun, à Gaza

    En savoir plus

  • BANDE DE GAZA

    Trêve à Gaza : des exigences inconciliables entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)