Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : Tsipras veut "un compromis honnête" avec les créanciers

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jackson Pollock et le Moyen-Orient "

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales : un humour déplacé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Évasion fiscale : l'Europe joue la transparence... jusqu'au bout ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Retour surprise de Saad Hariri au pays du Cèdre

© Jan Hennop, AFP | Le leader sunnite Saad Hariri - Archives

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/08/2014

L'ancien Premier ministre Saad Hariri est rentré au Liban, ce vendredi, après trois ans d'absence. Le retour du leader sunnite intervient dans un contexte de crise politique et sécuritaire sur fond de tensions confessionnelles.

L'ancien Premier ministre libanais et leader sunnite Saad Hariri est arrivé par surprise vendredi au Liban, après trois ans d’absence pour des raisons sécuritaires. Ce farouche opposant au régime syrien et fils de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, assassiné en 2005, s’était notamment réfugié, après la chute de son gouvernement, en France et en Arabie Saoudite, où il entretient des liens personnels avec la famille royale.

Le retour de la principale figure politique de la communauté sunnite libanaise intervient alors que le pays traverse une grave crise politique, sur fond de crise syrienne, et d’affrontements violents qui éclatent à l'est du pays, entre l'armée libanaise et des djihadistes, venus de Syrie.

Sans compter que la tension entre sunnites et chiites est très vive dans le pays où la majorité des premiers cités sont en faveur de la rébellion syrienne et tandis que les seconds appuyent le régime de Bachar al-Assad, à l’instar du Hezbollah. Ce dernier est le principal rival politique de l’ancien chef de gouvernement âgé de 44 ans.

Dès son arrivée, Saad Hariri a été reçu au Grand Sérail par le Premier ministre sortant Tammam Salam.

Première publication : 08/08/2014

  • LIBAN

    L'Arabie saoudite offre un milliard de dollars à l'armée libanaise

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Liban : le Hezbollah "a embarqué l’armée libanaise dans la guerre syrienne"

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Liban : attaque sanglante de postes de contrôle près de la frontière syrienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)