Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

L'Afrique à Paris!

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement d'un Français en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le retour de Nicolas Sarkozy n'est pas une solution pour la France"

En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

FRANCE

Rudy Kurniawan, le faussaire de Bourgogne, condamné à 10 ans de prison

© Stan Honda, AFP | À partir d'une étiquette authentique, Rudy Kurniawan changeait l'année des bouteilles de vin

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 08/08/2014

Surnommé "Dr Conti", l'homme d'affaires indonésien de 37 ans a fait fortune en faisant passer de petits vins de Bourgogne pour de grands crus classés. Il a été condamné, jeudi à New York, à 10 ans de prison et 28,5 millions de dollars de réparation.

Sa réputation mondiale a volé en éclats. Rudy Kurniawan, l'homme d'affaires indonésien considéré comme l'un des cinq plus grands collectionneurs de vins au monde, a été condamné, jeudi 7 août à New York, à 10 dans de prison pour avoir vendu des contrefaçons de vins de Bourgogne.

Cet Indonésien de 37 ans avait amassé plusieurs dizaines de millions de dollars en revendant comme des grands crus authentiques des mélanges de vins de moindre qualité avant d'être démasqué en 2012.

"C'était une fraude économique très sérieuse, une manipulation des marchés américain et internationaux", a relevé le juge Richard Berman. Rudy Kurniawan a écouté la sentence sans broncher. "Je suis désolé pour ce que j'ai fait", s'est-il contenté de déclarer d'une voix presque inaudible. Il encourait jusqu'à 40 ans de prison, les procureurs avaient réclamé entre 11 et 14 ans de réclusion.

Le juge a identifié sept victimes, à qui Rudy Kurniawan devra payer près de 28,5 millions de dollars pour réparer les pertes occasionnées. Le prononcé de la peine contre l'ancien négociant en vins, arrêté en mars 2012, avait été reporté à quatre reprises, le temps pour le juge d'identifier toutes les victimes.

Lors du procès fin 2013, l'accusation avait produit une multitude d'éléments accablants contre l'ancien marchand de vins, accusé d'avoir monté chez lui, à Arcadia en Californie, un véritable laboratoire de contrefaçon, avec fausses bouteilles, fausses étiquettes par milliers, cire, tampons, capsules, bouchons, cahiers de notes, et formules de mélanges écrites à même les bouteilles.
                  
Ascension fulgurante                  

Dans sa "cave magique", il mélangeait des vins de moindre qualité et les revendait ensuite comme des grands crus, à prix d'or. À partir d'une étiquette authentique, il changeait l'année, parfois d'un seul chiffre, ajoutait un tampon, un numéro de série... et imprimait le tout en haute résolution pour les recoller sur ses fausses bouteilles.

Rudy Kurniawan "voulait faire partie du club" des collectionneurs et experts de vins rares, avait plaidé son avocat Jerome Mooney, affirmant que dans ce monde des grands crus anciens, qui se vendent parfois des milliers de dollars la bouteille, la contrefaçon était "endémique".

Apparu sur le devant de la scène en 2002 et surnommé "Dr Conti", en raison de sa passion pour le Romanée-Conti, Rudy Kurniawan, au passé inconnu, avait réussi en quelques années une ascension fulgurante. D'une générosité sans limites, il régalait les collectionneurs et experts de ses meilleures bouteilles.

Des prix à faire tourner la tête des jurés

Ce faussaire prolifique avait réussi à contrefaire des grands Bourgogne de la Romanée-Conti, du Domaine Ponsot, du Domaine Roumier, et certains grands vins de Bordeaux comme les Château Petrus, vendus à des prix qui avaient de quoi faire tourner la tête des jurés : six bouteilles de Bourgogne Bonnes-Mares 1962 pour 35 000 dollars. Un magnum de Romanée-Conti 1979 pour 7 000 dollars. Un jéroboam (bouteille de 3 litres) de La Tâche, Domaine de la Romanée-Conti pour 48 000 dollars...

Grâce à ses gains, Rudy Kurniawan menait la grande vie, dépensant des millions de dollars par an, collectionnant les montres, les voitures et les oeuvres d'art. Mais il avait aussi contracté plus de 10 millions de dollars de dettes pour la seule année 2007.

Dans son réquisitoire, l'accusation avait décrit un menteur poussé par l'appât du gain, qui "avait toujours besoin de plus d'argent". Une quinzaine de personnes avaient témoigné à charge lors du procès, dont les responsables des domaines de Bourgogne, Ponsot, Roumier et Romanée-Conti.

Rudy Kurniawan avait commencé à éveiller des soupçons en avril 2008, quand il avait proposé aux enchères à New York un lot de 97 bouteilles de Bourgogne du Domaine Ponsot, estimé à entre 440 000 et 602 000 dollars. Seul problème, l'une des bouteilles était datée de 1929, alors que le domaine n'a commencé la mise en bouteille qu'en 1934.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 08/08/2014

  • ÉTATS-UNIS

    L'Indonésien qui faisait passer du vin ordinaire pour des grands crus

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Un célèbre marchand de vins français reconnu coupable de contrefaçon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)