Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

La Bourse de Paris attend fébrilement les chiffres de la croissance en zone euro

AFP

AFP Photo

La croissance et l'inflation en zone euro occuperont le devant de la scène la semaine prochaine à la Bourse de Paris, les investisseurs anticipant déjà des déceptions, dans un contexte géopolitique toujours difficile.

Les chiffres du Produit intérieur brut du 2e trimestre de l'ensemble de la zone euro mais également de l'Allemagne --qui donne des signes d'essouflement-- et de la France, seront à l'agenda jeudi prochain, et retiendront particulièrement l'attention.

"Il y a de plus en plus d'inquiétudes par rapport à l'économie allemande", note ainsi Christopher Dembik, un économiste de Saxo Banque.

"Or d'après les estimations, son PIB devrait être faible, ce qui risque d'être un électrochoc avec des investisseurs très très déçus", complète-t-il. Dans cette optique, le baromètre allemand Zew du moral des investisseurs en août, publié mardi "sera aussi très surveillé", tout comme l'inflation mercredi.

"Pour la France également, cela sera dur d'avoir de bonnes données, puisqu'à part la production industrielle meilleure que prévu, tous les autres chiffres sont mauvais", observe-t-il.

Pour la croissance et l'inflation en zone euro au 2e trimestre, "nous sommes sur des anticipations plutôt modestes", explique également Isabelle Reux-Brown, directrice générale déléguée de Vega IM.

"Les chiffres ne seront pas forcément catastrophiques, mais ils peuvent être inquiétants avec quasiment pas d'inflation", poursuit-elle d'autant que "jusqu'ici, la locomotive allemande tirait la zone euro, mais aujourd'hui elle est un peu à l'arrêt".

La semaine prochaine, "un mauvais cocktail" se profile donc, "entre la pléiade de PIB et le climat géopolitique anxiogène", anticipe M. Dembik.

Cela "risque d'être une semaine d'épuisement et de capitulation où la cote va engranger toutes les mauvaises nouvelles pour atteindre un point bas. Dans la torpeur de l'été, avec des petits volumes, cela peut être la semaine de tous les dangers, mais aussi de toutes les opportunités pour un investisseur" à long terme", estime aussi Mme Reux-Brown.

La semaine écoulée a déjà été "compliquée et agitée, avec une accumulation de facteurs pas vraiment positifs", relève-t-elle, et "le marché a pris prétexte de toutes les interrogations géopolitiques pour appuyer vers le bas".

Après une embellie en début de semaine, l'indice a en effet sévèrement reculé, approchant de son plus bas annuel en séance, pour finir vendredi à l'équilibre à 4.147,81 points. Sur la semaine écoulée, l'indice CAC 40 n'en a pas moins perdu 1,31%. Et ses pertes depuis le 1er janvier atteignent 3,45%.

"L'aversion au risque a fait son retour sur les marchés", soulignent aussi les analystes de BNP Paribas.

"Les publications économiques moins bonnes que prévu sont en partie à blâmer: les chiffres industriels de l'Allemagne ont été plus fragiles qu'anticipé et l'Italie est tombée en récession", mais "le facteur clé" est à chercher dans "la montée des tensions entre la Russie et les Occidentaux", ajoutent-ils.

L'intervention, sans surprise, du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, n'y a rien changé. Il a toutefois reconnu que la dynamique de croissance avait ralenti ces derniers mois en zone euro, sans pour autant modifier sa politique monétaire, toujours très accommodante.

"Le marché a toujours des attentes très exagérées par rapport à M. Draghi", là cela a été un "non événement, mais on voit difficilement ce qu'il aurait pu annoncer", affirme M. Dembik.

Pour Mme Reux-Brown, "avant l'été, les marchés ont eu tendance à ne chausser que les lunettes roses, mais aujourd'hui, il y a un changement de psychologie et les investisseurs ne voient que le verre à moitié vide".

Cependant pour les deux experts, si la semaine prochaine s'annonce encore compliquée, la rentrée peut s'avérer d'une autre nature.

"A la rentrée l'indice renouera avec de vraies tendances, avec des éléments qui permettront d'avoir une meilleure vision", prévoit ainsi M. Dembik.

"A plus long terme", selon Mme Reux-Brown, "la zone euro devrait bénéficier de l'affaiblissement de l'euro par rapport au dollar, sauf si la situation géopolitique s'envenime très nettement", mais "nous ne pensons pas que cela dégénèrera en conflit".

Première publication : 09/08/2014