Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Boko Haram tue plusieurs civils dans l'attaque d'un marché dans le Nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Dette: un juge américain menace de poursuivre l'Argentine pour "outrage"

AFP

A Buenos Aires, une affiche dénonçant les

A Buenos Aires, une affiche dénonçant les "fonds vautour" le 18 juin 2014A Buenos Aires, une affiche dénonçant les "fonds vautour" le 18 juin 2014

Le juge américain qui gère l'épineux dossier de la dette argentine a menacé vendredi de poursuivre pour "outrage" le pays sud-américain s'il continue à diffuser des informations "fausses et trompeuses".

L'Argentine a mis en doute avec virulence l'indépendance de la justice américaine dans le litige qui l'oppose à deux fonds "vautours" depuis que le juge Thomas Griesa a suspendu tout remboursement de sa dette souveraine transitant par la place financière de New York, tant que le pays ne paie pas 1,3 milliard de dollars à ces fonds, en vertu d'un jugement de la justice américaine.

Les agences de notation ont déclaré l'Argentine en "défaut de paiement partiel" à la suite de cette décision.

En réaction, le gouvernement argentin a diffusé jeudi dans la presse américaine, sur deux pages, des "avis légaux" pour défendre sa position. Buenos Aires y conseillait notamment à ses créanciers d'envisager "les actions pertinentes pour faire valoir leur droit, tant que seront retenus de manière indue les fonds qui leur appartiennent".

"La cour met en garde contre de nouvelles déclarations fausses et trompeuses de la République (argentine) et part du principe que cet avertissement sera entendu", a déclaré le juge Griesa vendredi.

"Sinon, il sera nécessaire d'envisager un outrage à la cour", a-t-il ajouté. L'Argentine risquerait une amende.

Dans un communiqué, le ministère argentin de l'Economie a dénoncé les "nouvelles pressions et contradictions" du juge et affirmé que l'Argentine maintenait sa position.

Par ailleurs, les Etats-Unis, via un porte-parole du Département d'Etat requérant l'anonymat, ont estimé vendredi que ce contentieux ne relevait pas de la Cour internationale de justice de La Haye.

L'Argentine avait saisi jeudi cette plus haute juridiction des Nations Unies, accusant les Etats-Unis de violer sa souveraineté et son immunité judiciaire. La Cour avait toutefois prévenu qu'aucune suite ne serait donnée tant que Washington n'aurait pas admis la compétence du tribunal dans cette affaire.

Première publication : 09/08/2014