Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

États-Unis, Cuba: "Somos todos americanos"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

De plus en plus de réfugiés affluent au Niger

En savoir plus

DÉBAT

États-Unis - Cuba : un tournant historique

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le dalaï-lama vante le "réalisme" du président chinois Xi Jinping

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Eau argentée" : la guerre en Syrie au cinéma

En savoir plus

FOCUS

Grands lacs : LRA, une guérilla affaiblie mais toujours menaçante

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sanctions occidentales : "La Russie sortira renforcée", assure Lavrov

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

La Libye au cœur des discussions du Forum de Dakar

En savoir plus

SUR LE NET

Australie : la Toile solidaire de la commmunauté musulmane

En savoir plus

Moyen-Orient

Obama : Paris et Londres d’accord "pour soutenir l’effort humanitaire en Irak"

© Mandel Ngan, AFP | Barack Obama lors de son discours, samedi, à la Maison Blanche.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/08/2014

Le président américain a déclaré, samedi, que la France et le Royaume-Uni étaient d’accord pour participer à l’aide humanitaire apportée aux civils irakiens. Barack Obama a ajouté qu’il faudrait "des semaines" pour résoudre la crise actuelle en Irak.

Le président français François Hollande et le Premier ministre britannique David Cameron ont donné leur accord pour soutenir l’effort humanitaire initié par les États-Unis dans le nord de l'Irak, afin de venir en aide aux civils irakiens, a indiqué, samedi 9 août, Barack Obama.

"Tous les deux ont exprimé leur soutien à nos actions et sont d'accord pour nous appuyer dans l'assistance humanitaire que nous offrons aux Irakiens, qui souffrent le plus", a déclaré le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

L’opération en cours pourrait durer des semaines

Barack Obama a ajouté que le conflit en Irak n'allait pas se régler "en quelques semaines", au lendemain des premières frappes américaines pour enrayer l'avancée des djihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) dans le nord du pays.

"Je ne pense pas que nous allons résoudre ce problème en quelques semaines", a-t-il déclaré lors de cette conférence de presse. "Cela va prendre du temps", a-t-il souligné. Et de préciser que les États-Unis avaient été poussés à intervenir car l'avancée des djihadistes de l'EIIL avait été "plus rapide" que les services de renseignement ne l'avaient prévu.

Il a ajouté que les frappes se poursuivraient, et qu'il n'y avait pas de calendrier précis sur la fin de ces opérations aériennes. Elles ont pour le moment détruit "des armes et des équipements" de l’EIIL "qui auraient pu être utilisés pour attaquer Erbil", a précisé Obama.

Un couloir humanitaire pour évacuer les Yazidis

Les États-Unis et ses alliés envisagent par ailleurs de créer un "couloir humanitaire" pour permettre aux Irakiens yazidis de quitter les montagnes désertiques où ils sont actuellement réfugiés.

"Je suis confiant dans le fait que nous pourrons empêcher l'État islamique de se rendre dans les montagnes et de massacrer les gens qui se sont réfugiés là-bas, mais l'étape suivante sera compliquée au niveau logistique : comment permettre un passage sûr pour permettre à ces gens de descendre des montagnes, et où peut-on les déplacer pour qu'ils soient en sécurité? C'est le genre de choses sur lesquelles nous devons nous coordonner au niveau international", a souligné Barack Obama.

Avec AFP et Reuters
 

Première publication : 09/08/2014

  • IRAK

    Washington largue des vivres au nord de l'Irak, l’EIIL poursuit son avancée

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Les États-Unis bombardent des positions de l'EIIL en Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    Mourir affamé ou tué par les djihadistes, l'impossible choix des Yazidis

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)