Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

DÉBAT

La capitale française fait-elle le pari des arts ?

En savoir plus

Normandie: fausse cavale pour le boa constrictor, resté tapi sous un meuble

© AFP/Archives | Un boa constrictor, censé s'être échappé de son vivarium et recherché depuis jeudi à Bayeux (Calvados), avait en fait trouvé refuge sous un meuble, au domicile de son propriétaire, a indiqué la gendarmerie samedi. Photo d'archivesUn boa constrictor, censé s'être échappé de son vivarium et recherché depuis jeudi à Bayeux (Calvados), avait en fait trouvé refuge sous un meuble, au domicile de son propriétaire, a indiqué la gendarmerie samedi. Photo d'archives

Un boa constrictor, censé s'être échappé de son vivarium et recherché depuis jeudi à Bayeux (Calvados), avait en fait trouvé refuge sous un meuble, au domicile de son propriétaire, a-t-on appris samedi auprès de la gendarmerie.

Le serpent, d'1,70 m de long, sans danger pour l'homme, "était caché dans l'appartement, derrière un meuble, dans la salle à manger", a-t-on précisé à la gendarmerie.

Selon le site de Ouest France, le reptile a été retrouvé vendredi après-midi.

C'est en rentrant chez lui, la veille, dans son appartement au dernier étage d'un petit immeuble, que le propriétaire du boa avait constaté que l'animal n'était plus dans son vivarium.

Alertés, une trentaine de pompiers, gendarmes, policiers et agents municipaux s'étaient lancés à sa recherche, fouillant caves, chaufferie, toit et gouttières de l'immeuble, ainsi que les environs, l'hypothèse étant alors celle d'une fuite du serpent par les canalisations de l'immeuble.