Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Turquie: Les nouvelles ambitions électorales de la minorité kurde

AFP

Selahattin Demirtas, 41 ans, un jeune avocat turc qui se présente aux élections présidentielles de dimanche 10 août pour le principal parti kurde de Turquie, photographié le 18 juillet 2014 à ParisSelahattin Demirtas, 41 ans, un jeune avocat turc qui se présente aux élections présidentielles de dimanche 10 août pour le principal parti kurde de Turquie, photographié le 18 juillet 2014 à Paris

Selahattin Demirtas, 41 ans, un jeune avocat turc qui se présente aux élections présidentielles de dimanche 10 août pour le principal parti kurde de Turquie, photographié le 18 juillet 2014 à ParisSelahattin Demirtas, 41 ans, un jeune avocat turc qui se présente aux élections présidentielles de dimanche 10 août pour le principal parti kurde de Turquie, photographié le 18 juillet 2014 à Paris

Il est jeune, dynamique et très photogénique. A 41 ans, Selahattin Demirtas incarne les nouvelles ambitions du principal parti kurde de Turquie, qui veut profiter du scrutin présidentiel de dimanche pour s'imposer comme une force politique de poids.

Depuis des semaines, ce jeune avocat bat la campagne turque sous les couleurs du Parti démocratique populaire (HDP) avec l'objectif d'élargir son audience traditionnelle au-delà des quelque 15 millions de Kurdes du pays.

Pour y parvenir, M. Demirtas a joué la carte de la modernité, à la manière d'un jeune premier de la politique européenne. Tout sourire, il va voir ses électeurs à vélo et n'hésite pas, au fil de ses rencontres, à pousser la chansonnette ou à jouer quelques notes de son saz, une flûte traditionnelle turque.

Dans un pays écartelé entre une majorité islamo-conservatrice au pouvoir et une minorité kémaliste et laïque, le porte-drapeau du HDP tente aussi de faire bouger les lignes du débat politique turc en mettant l'accent sur l'aspect multiculturel de la Turquie, les droits des femmes ou, plus inédit, des homosexuels.

M. Demirtas est donné bon dernier du premier tour de dimanche avec moins de 10%, loin derrière l'archi-favori Premier ministre Recep Tayyip Erdogan et son rival de l'opposition nationaliste et social-démocrate, Ekmeleddin Ihsanoglu.

Mais il n'a pas renoncé à franchir le cap des 10% et à contraindre ainsi M. Erdogan, qui tient fermement les rênes du pays depuis 12 ans, à un second tour qui ferait de lui un "faiseur de sultan" très courtisé.

"La Turquie est à la croisée des chemins", répète le candidat kurde du haut des estrades. "Soit nous choisissons de renforcer un peu plus notre Etat autoritaire, soit nous ouvrons la voie à un changement fondamental en prenant des mesures démocratiques radicales qui satisferont les aspirations de tous les opprimés".

Ce discours centré sur la reconnaissance des droits et des différences tranche avec le discours politique des deux autres candidats.

- 2015 en ligne de mire -

"Demirtas met l'accent sur les libertés et le pluralisme, alors qu'Erdogan a placé sa campagne sous le signe de la puissance", note Ilhan Kaya, professeur à l'université Yildiz d'istanbul, "il (Demirtas) est la voix de ceux qui veulent la justice plutôt que le pouvoir".

Le vote de la minorité kurde de Turquie s'éparpille entre le HDP de M. Demirtas et le Parti de la justice et du développement (AKP) de M. Erdogan, qui a fait des gestes en sa direction dans le cadre des discussions de paix ouvertes avec le chef emprisonné des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan.

Entre autres mesures, le gouvernement a reconnu le droit d'utiliser la langue kurde dans les écoles privées ou devant le tribunaux et, plus récemment, fait voter une loi destinée à relancer ce processus, aujourd'hui paralysé.

Mais ce clin d??il appuyé à son électorat a été jugé insuffisant par la communauté kurde, favorable à une large autonomie reconnue par la Constitution.

Depuis la fin 2012, M. Demirtas a activement participé aux pourparlers destinés à mettre un terme à la guérilla kurde, qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984. A plusieurs reprises, il a joué les émissaires auprès de M. Öcalan.

En endossant les habits de candidat à la magistrature suprême, il a adopté un ton moins militant. "Je ne pense pas que je ferai une telle visite (à M. Öcalan dans sa prison, ndlr) en tant que président de la République turque", a-t-il confié.

Mais Selahatin Demirtas continue à se poser en adversaire résolu de l'AKP de M. Erdogan. Les législatives de 2015 en ligne de mire, son mouvement doit absolument réunir 10% pour être représenté au Parlement.

"Demirtas défie ouvertement le Premier ministre, il est très en pointe pour dénoncer les allégations de corruption qui pèsent sur lui", souligne Ilhan Kaya.

Avec toujours la même volonté de ratisser large, au-delà du seul vote kurde. "Si tous les pauvres, homosexuels, femmes et travailleurs pouvaient se donner la main (...) aucun dictateur ne pourrait leur barrer la route", a-t-il lancé la semaine dernière à Istanbul.

Première publication : 09/08/2014