Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burkina Faso : Compaoré victime de son entêtement

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Transition floue au Burkina Faso

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Drame de Sivens : retour sur l'affaire Rémi Fraisse

En savoir plus

TECH 24

La high tech peut-elle venir à bout du virus Ebola ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Les tests de résistance des banques sont-ils fiables ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'amendement "dividendes" qui fâche les PME

En savoir plus

#ActuElles

Au Pakistan, des femmes se mettent aux "métiers d’hommes"

En savoir plus

REPORTERS

États-Unis – Mexique : la frontière de tous les dangers

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des Arts du couturier Elie Saab

En savoir plus

Afrique

Un musulman nommé Premier ministre en Centrafrique

© Stéphane de Sakutin, AFP | Deux soldats de la force Sangaris montent la garde devant l'entrée du quartier musulman PK5, à Bangui, le 8 juillet dernier.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/08/2014

Mahamat Kamoun, un homme politique musulman, a été nommé Premier ministre par la présidente centrafricaine Catherine Samba-Panza. Le nouveau chef du gouvernement doit diriger la transition d’un pays meurtri par les violences intercommunautaires.

La présidente centrafricaine Catherine Samba-Panza a nommé, dimanche 10 août, Mahamat Kamoun, un musulman, nouveau Premier ministre pour diriger la transition, une première depuis l'indépendance du pays.

De confession musulmane, spécialiste des finances, Mahamat Kamoun avait été directeur général du Trésor sous le président François Bozizé - au pouvoir de 2003 à mars 2013.

"Mahamat Kamoun n'était pas le candidat de la communauté internationale, ni celui de la France", a signalé David Thomson, envoyé spécial pour RFI à Bangui, sur son compte Twitter.

Séléka et anti-balaka doivent faire partie du prochain gouvernement

Sa nomination intervient près de deux semaines après un accord de cessez-le-feu signé à Brazzaville entre protagonistes de la crise centrafricaine, dont l'ex-coalition Séléka à dominante musulmane.

Réunis dans la capitale congolaise le 23 juillet, la Séléka et les milices majoritairement chrétiennes anti-balaka avaient accepté, sous la pression internationale, la signature de ce fragile accord de cessation des hostilités, censé relancer la transition politique dans le pays, en panne depuis des mois.

Le gouvernement du Premier ministre André Nzapayéké, composé majoritairement de technocrates, avait démissionné dans la foulée, à la demande de Catherine Samba-Panza, qui a mené depuis lors de nombreuses consultations pour former un nouveau gouvernement.

La présence des groupes armés - Séléka et anti-balaka - au sein du prochain gouvernement est l'un des principaux enjeux de ces discussions et fait polémique dans le pays.

La Centrafrique reste meurtrie par plus d'un an de violences intercommunautaires, qui ont fait des milliers de morts, et par d'innombrables exactions de ces mouvements armés.

Avec AFP
 

Première publication : 10/08/2014

  • OPÉRATION SANGARIS

    Centrafrique : combats entre soldats français et l'ex-Séléka dans le nord

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    À Bangui, la journée de désarmement ne fait pas recette

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Nouvelles flambées de violences à Bangui, au moins trois morts

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)