Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

Asie - pacifique

Erdogan remporte la présidentielle turque dès le premier tour

© Ozan Kose, AFP | Dépouillement des bulletins dans un bureau de vote d'Istanbul, dimanche.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/08/2014

Au pouvoir depuis 2003, Recep Tayyip Erdogan a remporté dimanche l'élection présidentielle turque, la première au suffrage universel, dès le premier tour du scrutin, avec 52 % des voix.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a été élu dimanche président de la Turquie dès le premier tour du scrutin, disputé pour la première fois au suffrage universel direct, ont rapporté les chaînes de télévision du pays.

Comme le suggéraient les sondages, l'homme fort du pays a largement devancé ses deux adversaires dès le premier tour de ce scrutin disputé pour la première fois au suffrage universel direct, avec 52 % de suffrages.

Candidat commun de l'opposition social-démocrate et nationaliste, Ekmeleddin Ihsanoglu, un historien réputé de 70 ans qui a dirigé l'Organisation de la coopération islamique (OCI), a réuni plus de 38 % des suffrages, alors que celui de la minorité kurde, Selahattin Demirtas, en a rassemblé près de 10 %.

Le président du Conseil électoral turc, Sadi Guven, a également déclaré dans la soirée qu'Erdogan avait remporté la majorité des suffrages, tandis que Ekmelettin Ihsanoglu l'a félicité pour sa victoire. Un décompte officiel des voix doit être annoncé lundi.

Erdogan, 60 ans, au pouvoir depuis 2003, devait prendre la parole dans la soirée devant des dizaines de milliers de partisans, depuis le balcon du siège du Parti de la justice et du développement (AKP), à Ankara.

Prière à la mosquée Eyüp Sultan d'Istanbul

Sitôt connus ces résultats définitifs, Recep Tayyip Erdogan s'est dirigé vers la mosquée historique Eyüp Sultan d'Istanbul pour prier, comme le faisaient les sultans ottomans avant de monter sur le trône, ont annoncé les télévisions turques.

"Je remercie tous ceux qui ont oeuvré à ce résultat", a déclaré le nouveau chef de l'État, à des centaines de ses partisans réunis devant la mosquée.

"Nous allons élever le niveau de notre démocratie et continuer dans la voie du processus de paix" pour un règlement du conflit kurde, a-t-il ajouté lors d'une courte allocution retransmise en direct par les télévisions. "Que dieu nous aide dans notre chemin".

"J'espère que le coup de sifflet final sera donné par l'arbitre mais les tribunes ont pris leur décision. Le peuple a montré sa volonté", a poursuivi le nouveau président élu.

Adulé par ses partisans, honni par ses opposants

Homme politique le plus clivant de Turquie, Erdogan est adulé par ses partisans et honni par ses opposants, qui l'accuse de vouloir islamiser la Turquie et de dérives autoritaires. Il n'a d'ailleurs pas caché qu'il souhaitait garder la haute main sur l'exécutif et renforcer les prérogatives du chef de l'État, jusque-là largement honorifiques.

Erdogan veut un régime présidentiel pour la Turquie

 
En un an, Recep Tayyip Erdogan a résisté à une fronde antigouvernementale en juin 2013, à des scandales de corruption qui ont éclaboussé son entourage, au drame de la mine de Soma qui s’est soldée par la mort de plus de 300 personnes en mai 2014, et à la lutte sans merci que lui livre son ancien allié, le prédicateur musulman Fethullah Gulen.
 
Malmené, il a répliqué par des mesures autoritaires. Purges au sein des milieux judiciaires et policiers, renforcement du contrôle des réseaux sociaux… Le tout lui a valu une pluie de critiques, internes comme internationales.

Une popularité qui reste solide
 
Dans un pays majoritairement conservateur et nationaliste, où sa popularité n'est pas réellement entamée, Recep Tayyip Erdogan sait qu’il peut compter sur la mobilisation de ses électeurs.
 
Ces derniers, qu’ils soient issus des régions rurales ou des rangs islamo-conservateurs, ont déjà offert au Parti de la justice et du développement (AKP), sa formation, huit victoires électorales consécutives depuis 2002. La dernière en date, enregistrée lors des municipales de mars 2014, fut d’ailleurs un triomphe.
 
Le candidat "du peuple" autoproclamé peut également se targuer d’un bon bilan économique, puisque la Turquie a enregistré la plus forte croissance de tous les pays de l’OCDE entre 2002 et 2012.

Avec AFP

Première publication : 10/08/2014

  • FOCUS

    La présidentielle turque s’invite en Allemagne

    En savoir plus

  • MUNICIPALES

    Municipales en Turquie : Erdogan arrive en tête et se rassure

    En savoir plus

  • TURQUIE

    Présidentielle turque : le triomphe annoncé de Recep Tayyip Erdogan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)