Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

La France ne prévoit pas d'intervenir militairement en Irak, dit Fabius à Erbil

© AFP | Le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius lors d'une conférence de presse à Bagdad le 10 août 2014Le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius lors d'une conférence de presse à Bagdad le 10 août 2014

La France apporte une aide humanitaire en Irak mais ne prévoit pas d'y intervenir militairement contre les jihadistes de l'Etat islamique (EI), a déclaré dimanche le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, lors d'une conférence de presse télévisée à Erbil (Kurdistan irakien).

"C'est aux Irakiens de mener ce combat", a souligné M. Fabius, qui s'exprimait au côté de Massoud Barzani, président de la région autonome du Kurdistan irakien.

"Notre soutien est actuellement humanitaire (...) Actuellement une intervention de type militaire n'est pas prévue par la France", a souligné le chef de la diplomatie française, qui effectuait un déplacement d'une journée en Irak pour y superviser la livraison d?aide humanitaire française aux civils fuyant l'avancée des jihadistes.

Laurent Fabius a dénoncé ce qu'il a appelé "le califat de la haine" établi par les jihadistes de l'EI à cheval sur l'Irak et la Syrie, et souligné que les forces kurdes et irakiennes qui les affrontent ne menaient "pas simplement un combat pour eux-mêmes", mais "un combat pour les libertés qui nous concerne tous".

Il a réaffirmé le souhait de la France d'un gouvernement d'unité nationale en Irak "pour créer les conditions politiques du combat".

M. Fabius a auparavant rencontré à Bagdad le ministre irakien des Affaires étrangères par intérim, Hussein Chahristani. "Il faut que tous les Irakiens se sentent représentés et puissent ensemble mener la bataille contre le terrorisme", a déclaré le ministre français, alors que l'Irak, qui fait face depuis deux mois à une offensive jihadiste, n'a toujours pas de gouvernement.